Communiqué de presse Article provenant de  Santé Canada

Archivé - La ministre Ambrose parle des pratiques de prescription avec des professionnels de la santé en vue de freiner l'abus de médicaments d'ordonnance

Contenu archivé

L'information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Annonce d'un financement fédéral additionnel de près de 8 millions de dollars

15 mai 2015 - Hamilton (Ontario) - Santé Canada

L'honorable Rona Ambrose, ministre de la Santé, a assisté au Forum sur les pratiques de prescription tenu aujourd'hui à Hamilton. Il s'agit d'un jalon important des efforts de collaboration étroite avec des partenaires du gouvernement fédéral en vue de combattre l'abus de médicaments d'ordonnance.

Le Forum, financé par le gouvernement du Canada et tenu par l'Université McMaster, réunit des organismes de réglementation, des professionnels de la santé, les autorités provinciales et territoriales ainsi que des experts pour déterminer des mesures en vue d'améliorer les pratiques de prescription dans le but, en fin de compte, de réduire l'abus de médicaments d'ordonnance.

Pendant son allocution, la ministre a souligné la détermination du gouvernement à combattre l'abus de médicaments d'ordonnance en annonçant un financement fédéral de près de 8 millions de dollars à l'appui de six projets axés sur l'amélioration de la formation des prescripteurs et l'élaboration d'une approche nationale coordonnée pour le suivi et la surveillance des médicaments d'ordonnance.

L'abus de médicaments d'ordonnance est un grave problème de santé et de sécurité publiques en Amérique du Nord. Les médicaments, notamment les opioïdes, les sédatifs hypnotiques et les stimulants, sont licites lorsqu'ils sont correctement prescrits et ont des bénéfices thérapeutiques avérés. Mais lorsque les médicaments d'ordonnance font l'objet de prescription excessive, de mésusage ou d'abus, il y a un risque élevé qu'ils causent des torts comme la dépendance, des symptômes de sevrage, des blessures et même la mort.

Le Forum sur les pratiques de prescription est l'une des multiples façons dont le gouvernement appuie des initiatives pour combattre l'abus de médicaments d'ordonnance. Les récents investissements incluent une somme de 13,5 millions de dollars sur cinq ans pour améliorer les services de prévention et de traitement des toxicomanies pour les membres des Premières Nations qui vivent dans les réserves. De plus, par l'entremise des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), nous avons élargi le réseau national de recherche qui vise l'amélioration de la santé des personnes qui vivent avec la toxicomanie afin d'y inclure l'abus de médicaments d'ordonnance.

Faits en bref

  • En 2013, 22 % des Canadiens âgés de 15 ans et plus ont déclaré avoir pris un médicament psychotrope d'ordonnance. Du nombre, 2 % (environ 146 000) ont déclaré l'avoir fait à des fins non médicales.
  • Selon une enquête menée en 2013 en Ontario, un jeune sur huit a déclaré avoir pris un analgésique opioïde d'ordonnance à des fins non médicales au cours de la dernière année, et environ 70 % d'entre eux ont déclaré s'être procuré le médicament à la maison.
  • Le financement fédéral annoncé aujourd'hui inclut du soutien pour six projets à l'échelle du Canada qui travailleront avec des organisations de professionnels de la santé et des écoles de médecine afin d'élaborer des formations et des lignes directrices améliorées à l'appui de pratiques de prescription sûres pour les opioïdes d'ordonnance.
  • Le financement inclut aussi du soutien pour l'Institut canadien d'information sur la santé en vue de l'élaboration d'une approche pancanadienne coordonnée pour le suivi et la surveillance de l'abus de médicaments d'ordonnance qui renforcera la capacité des autorités provinciales et territoriales ainsi que d'autres intervenants à détecter des tendances et à intervenir de manière efficace.
  • Plus de 44 millions de dollars sur cinq ans ont été engagés dans le Plan d'action économique 2014 pour élargir la portée de la Stratégie nationale antidrogue afin d'inclure des mesures pour combattre l'abus de médicaments d'ordonnance en plus des drogues illicites.

Citations

« L'abus de médicaments d'ordonnance a des effets dévastateurs sur les personnes, les familles et les collectivités. Il est donc important de reconnaître le rôle que peuvent jouer des pratiques de prescription améliorées dans la réduction de l'abus de médicaments d'ordonnance. Les projets annoncés aujourd'hui favoriseront la prescription responsable et financeront une approche nationale pour le suivi de l'abus de médicaments d'ordonnance qui améliorera les liens entre les experts de ce domaine et nous unira dans la lutte contre ce phénomène. »
L'honorable Rona Ambrose
Ministre fédérale de la Santé

« Prescrire des médicaments est une pratique complexe, car il s'agit d'une interaction entre la pratique de la médecine, de la dentisterie, des soins infirmiers et de la pharmacie, les politiques de soins de santé et, bien sûr, les besoins des patients. Nous sommes heureux que Santé Canada réunisse tout le monde pour veiller à ce que les prochaines mesures soient prises pour protéger la santé de la population canadienne contre l'abus de médicaments d'ordonnance. »
Dr Norm Buckley
Directeur, Centre national Michael-G.-DeGroote de recherche sur la douleur, Université McMaster

Fiches d'information

Amélioration des pratiques de prescription des médicaments d'ordonnance qui font couramment l'objet d'abus

L'Institut canadien d'information sur la santé reçoit du financement pour combattre l'abus de médicaments d'ordonnance

Liens associés

Stratégie nationale antidrogue
Centre canadien de lutte contre les toxicomanies
Canada.ca/preventiondesdrogues

L'honorable Rona Ambrose, ministre de la Santé, a annoncé l'octroi de près de 8 millions de dollars par le gouvernement fédéral pour appuyer six projets visant à améliorer la formation des prescripteurs et à élaborer une approche nationale coordonnée en matière de surveillance des médicaments d'ordonnance.

De gauche à droite : le député David Sweet; le Dr Trevor Theman, registraire, Collège des médecins et chirurgiens de l'Alberta; la ministre Ambrose; le Dr Michael Hamilton, médecin en chef et spécialiste de la sécurité des médicaments, Institut pour l'utilisation sécuritaire des médicaments du Canada, et le Dr Norman Buckley, directeur, Michael G. DeGroote National Pain Centre, professeur et directeur, Département d'anesthésie, Université McMaster

- 30 -

Personnes-ressources

Michael Bolkenius
Cabinet de l'honorable Rona Ambrose
Ministre fédérale de la Santé
613-957-0200

Santé Canada
Relations avec les médias
613-957-2983

Renseignements au public
613-957-2991
1-866-225-0709


Recherche d'information connexe par mot-clés

Santé Canada Santé et sécurité

Date de modification :