Communiqué de presse Article provenant de  Sécurité publique Canada

Archivé - Le ministre Blaney souligne les mesures prises par le gouvernement Harper pour lutter contre la traite de personnes

Contenu archivé

L'information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Dévoilement du rapport 2014 sur le progrès du Plan d’action national de lutte contre la traite de personnes

Le 8 mai 2015
Montréal (Québec)
Sécurité publique Canada

Aujourd’hui, l’honorable Steven Blaney, ministre canadien de la Sécurité publique et de la Protection civile, a publié le Plan d’action national de lutte contre la traite de personnes : Rapport annuel sur le progrès, 2013-2014. Le deuxième rapport annuel souligne la collaboration entre les organismes fédéraux et les organismes d’application de la loi visant à empêcher la traite de personnes chez les Canadiens et les immigrants vulnérables et à poursuivre en justice les personnes qui tentent de tirer des profits de cette activité criminelle.

Lancé en juin 2012, le Plan d’action national, qui comprend la participation de 18 ministères fédéraux, et celle des organismes d’application de la loi, se veut un plan détaillé qui guide la lutte du gouvernement Harper contre le crime grave de la traite de personnes. À mesure que de nouveaux renseignements sur l’ampleur et la nature de la traite de personnes dans le pays sont découverts, le gouvernement du Canada continuera d’améliorer ses efforts de mobilisation auprès des intervenants et des experts dans l’ensemble du pays afin d’aider à prévenir la traite de personnes et pour prendre la défense des victimes de ce crime horrible.

Faits en bref

  • Les réalisations clés accomplies en vertu du Plan d’action national en 2013-14 comprennent :
    • le lancement d’une équipe d’application de la loi qui mènera des enquêtes sur la traite de personnes;
    • l’évaluation nationale de la menace posée par la traite de personnes à des fins sexuelles au Canada;
    • le soutien de projets visant à améliorer les services pour les victimes de la traite de personnes, en rendant disponible un montant pouvant atteindre 500 000 $ par année pour le financement de tels projets au moyen du Fonds d’aide aux victimes de Justice Canada;
    • le lancement d’une campagne nationale de sensibilisation du public sur la traite de personnes à des fins sexuelles chez les Autochtones vivant à l’intérieur et à l’extérieur des réserves, dans les collectivités rurales, urbaines et nordiques au Canada;
    • l’octroi d’un financement pour un certain nombre d’organisations internationales et d’organisations non gouvernementales qui travaillent avec les gouvernements pour lutter contre la traite de personnes, en mettant l’accent sur la prévention, la protection et le rétablissement des victimes;
    • des modifications au Règlement sur l’immigration et la protection des réfugiés pour offrir plus de protection aux travailleurs étrangers temporaires, y compris pour garantir que les employeurs déploient des efforts raisonnables pour offrir un milieu de travail exempt de toute forme de mauvais traitements;
    • la mobilisation de la société civile et de tous les ordres du gouvernement, et la collaboration avec ces organismes, afin de soutenir l’échange de connaissances, de renforcer les partenariats et d’éclairer l’élaboration de politiques, y compris l’organisation d’un forum national; et
    • des recherches pour accroître les connaissances sur la traite de la main d’œuvre.
  • Le gouvernement Harper a mis en œuvre de nombreuses mesures depuis 2006 pour lutter contre le crime odieux de traite de personnes, y compris ce qui suit :
    • la mise en œuvre de peines minimales obligatoires imposées à ceux déclarés coupables de traite d’un enfant;
    • l’adoption de la Loi sur la protection des collectivités et des personnes victimes d’exploitation qui rend illégal l’achat de services sexuels tout en protégeant ceux qui vendent leurs propres services sexuels contre la responsabilité criminelle;
    • l’autorisation de poursuivre des citoyens canadiens au Canada pour traite de personnes, même si la traite a été effectuée à l’étranger;
    • tel que cela a été annoncé hier, des modifications apportées au Décret sur les passeports canadiens confèrent au ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration le pouvoir d’annuler, de refuser ou de révoquer un passeport si cette mesure est nécessaire afin d’empêcher une infraction sexuelle commise contre des enfants au Canada ou à l’étranger.

Citation

« Tel que cela a été démontré par les descentes récentes en matière de traite de personne au cours des dernières semaines, la traite de personnes est un crime odieux qui vise les personnes les plus vulnérables de notre société. Notre gouvernement a pris des mesures énergiques sur cet enjeu, y compris en aidant à mettre en œuvre des sentences minimales obligatoires pour les personnes condamnées pour des infractions de traite d'enfants et en soutenant la GRC dans sa campagne « Je ne suis pas à vendre ». Nos efforts démontrent clairement que nous utilisons tous les outils à notre disposition pour venir en aide aux victimes et pour accroître la sécurité de nos collectivités. »

– L’honorable Steven Blaney, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile du Canada

Produits connexes

Personnes-ressources

Jeremy Laurin
Attaché de presse
Cabinet du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile
613-991-2924

Relations avec les médias
Sécurité publique Canada
613-991-0657

Suivez Sécurité publique Canada sur Twitter (@Safety_Canada).

Pour de plus amples renseignements, visitez le site Web à www.securitepublique.gc.ca.


Recherche d'information connexe par mot-clés

Sécurité publique Canada Santé et sécurité

Date de modification :