Discours Article provenant de  L'Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l'Ontario

Archivé - Forum sur la fabrication additive de Canada Makes

Contenu archivé

L'information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Notes d'allocution

L'honorable Gary Goodyear, ministre d'État responsable de l'Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l'Ontario

Hamilton (Ontario)

Le 30 avril 2015

Le texte prononcé fait foi


Bonjour,

Je suis heureux d'être ici et j'aimerais d'ailleurs remercier Manufacturiers et Exportateurs du Canada, ou MEC, et le Mohawk College de m'avoir donné l'occasion de vous parler.

Je crois qu'il s'agit du premier événement de toute une journée organisé par le réseau « Canada Makes » de MEC, qui se consacre à promouvoir l'utilisation de la fabrication avancée et additive au Canada.

Je viens de visiter avec plaisir le centre de ressources de fabrication additive du Mohawk College, et je suis fier de pouvoir dire que le Sud de l'Ontario accueille l'un des rares nouveaux établissements du Canada possédant des machines de fabrication additive capables de produire des pièces en métal de qualité élevée.

Je sais que mon collègue, le ministre Holder, a également visité ce centre récemment et qu'il a annoncé l'octroi de 2,3 millions de dollars au collège afin de permettre à ce dernier d'offrir des capacités de fabrication additive aux entreprises locales pour qu'elles développent et qu'elles perfectionnent leurs produits.

Cette annonce revêt un rôle particulièrement important pour notre économie, étant donné que, selon de nombreux analystes, le marché mondial de l'impression tridimensionnelle augmentera considérablement au cours des prochaines années. La fabrication additive présente une promesse particulièrement solide pour certaines des industries les plus importantes de l'Ontario, y compris la fabrication de pièces automobiles.

Mesdames et messieurs, il n'est pas encore 9 h 30 et j'ai déjà eu une matinée chargée. Jayson et moi avons eu le plaisir de coanimer une table ronde sur la fabrication avancée. Cette table ronde s'inscrit dans le cadre d'une série de tables rondes qui permettra au gouvernement et à MEC d'en apprendre plus sur les besoins de nos entreprises de fabrication.

Dans ce contexte de mondialisation, il est naturel de voir des entreprises déménager, fermer ou regrouper leurs activités. Nous pouvons tout de même faire fond sur des possibilités de créer, d'accroître ou d'attirer des entreprises dans la région en vue de remplacer celles que nous avons perdues.

Certains d'entre vous m'ont peut-être déjà entendu le mentionner – nous pouvons, et nous devons, saisir les occasions de tirer parti des nouvelles technologies et d'améliorer la productivité. C'est pourquoi des rencontres comme celle d'aujourd'hui sont si importantes. En outre, il est formidable de voir un réseau comme Canada Makes, qui regroupe des entités du secteur privé, du secteur public, du milieu universitaire et du secteur à but non lucratif, collaborant afin de faire progresser ce nouveau chapitre prometteur de la fabrication canadienne.

Le gouvernement du Canada prend des mesures afin d'appuyer le secteur de la fabrication, comme il est indiqué dans le budget que mon collègue, l'honorable Joe Oliver, a déposé la semaine dernière.

Permettez-moi de prendre quelques instants pour vous parler de façon générale de notre Plan d'action économique.

Le gouvernement a réduit les impôts et les taxes pour les entreprises créatrices d'emplois, a investi dans la recherche et le développement, a élargi les marchés pour les entreprises canadiennes à l'étranger, sans oublier qu'il s'est engagé à offrir un appui sans précédent à l'infrastructure créatrice d'emplois et qu'il a établi le cadre pour la mise en valeur responsable de nos ressources naturelles.

Notre stratégie porte des fruits.

Depuis le creux de la grande récession, plus de 1,2 million de nouveaux emplois ont été créés, en grande partie des emplois à temps plein, bien rémunérés et dans le secteur privé.

Parallèlement, le gouvernement a chaque année abaissé les impôts et les taxes  depuis son entrée en fonction et il est parvenu à abaisser le fardeau fiscal fédéral global à son niveau le plus bas depuis plus de 50 ans.

Selon la firme KPMG, les coûts totaux de l'imposition des entreprises au Canada comptent parmi les plus faibles dans le Groupe des Sept (G-7) et sont de 46 pour cent moins élevés que ceux des États-Unis.

Depuis 2006, notre gouvernement a pris d'importantes mesures afin de réduire les impôts des entreprises dans tous les secteurs, y compris celui de la fabrication.

Le Plan d'action économique de 2015 diminue encore davantage les impôts des propriétaires de petites entreprises. Il propose de réduire le taux d'imposition des petites entreprises à 9 pour cent d'ici 2019. Il s'agira de la plus importante réduction du taux d'imposition pour les petites entreprises en plus de 25 ans.

On estime que cette mesure diminuera l'impôt des petites entreprises et de leurs propriétaires de 2,7 milliards de dollars de 2015 à 2020.

Les impôts bas favorisent l'investissement en capital, qui, en retour, stimule la création d'emplois.

Nous savons toutefois que nous pouvons faire plus pour appuyer les entreprises,  surtout les entreprises du secteur de la fabrication telles que les vôtres.

Et, ce qui est bon pour les fabricants canadiens l'est également pour les Canadiens. Le secteur de la fabrication du Canada constitue une pierre angulaire de l'économie, comptant pour plus de 10 pour cent du produit intérieur brut du Canada et employant 1,7 million de Canadiennes et de Canadiens. Cette industrie de pointe et hautement spécialisée représente un moteur de l'économie.

Pour le gouvernement, l'expression « Fabriqué au Canada » ne cesse d'alimenter la fierté, pour ne pas mentionner les emplois.

Néanmoins, nous ne pouvons pas répondre aux défis du présent et de l'avenir avec un raisonnement du passé. Nous devons donner aux fabricants les outils dont ils ont besoin pour créer les produits – et les emplois – de l'avenir.

C'est pourquoi nous sommes fiers d'accorder, dans le Plan d'action économique de 2015, un soutien considérable sous la forme d'une déduction pour amortissement accéléré pour la machinerie et l'équipement utilisés dans la fabrication et la transformation.

Ce nouvel incitatif fiscal pour une période de dix ans entraînera un report qui devrait réduire l'impôt fédéral pour les fabricants de 1,1 milliard de dollars pour la période allant de 2016 à 2020.

En offrant ce nouvel incitatif pour une période de dix ans, on permet aux entreprises d'avoir une plus grande certitude en matière de planification pour les grands projets qui prennent du temps à se réaliser entièrement, y compris ceux avec comportant plusieurs étapes.

Lorsque des entreprises canadiennes investissent dans de l'équipement et des structures à la fine pointe, elles accroissent leur productivité et leur compétitivité.

L'industrie des pièces automobiles du Canada fait partie intégrante de notre secteur de la fabrication.

Les fournisseurs du secteur de l'automobile canadien doivent de plus en plus mettre le développement de nouveaux produits au cœur de leurs stratégies d'affaires. Cela les aidera à répondre aux demandes des fabricants de véhicules, qui exigent des produits novateurs pour répondre à un éventail de besoins, y compris les nouvelles normes de rendement du carburant et l'intérêt croissant des consommateurs à l'égard des technologies de connexion des véhicules.

À cette fin et tel qu'annoncé par le ministre d'Industrie James Moore mardi, nous lançons le Programme d'innovation pour les fournisseurs du secteur de l'automobile, tel que décrit dans le Plan d'action économique de 2015. Le gouvernement du Canada acceptera les demandes de contribution au titre du programme à compter de juin 2015.

Ce nouveau programme comblera l'écart entre la recherche fondamentale de stade précoce et le développement précommercial. Les activités admissibles comprendront l'élaboration de prototypes, l'étude de procédés, ainsi que la mise à l'essai et la validation précommerciales de produits. Chaque entreprise peut recevoir jusqu'à 10 millions de dollars au cours de la durée du programme. Un investissement minimal de 20 pour cent est requis de la part d'une petite ou moyenne entreprise partenaire.

Cet investissement de 100 millions de dollars au cours des cinq prochaines années appuiera notre industrie des pièces automobiles au fur et à mesure qu'elle poursuivra son évolution et établira un rôle sécuritaire dans les chaînes d'approvisionnement mondiales.

Le Canada est au nombre des principales administrations en matière d'aérospatiale, mais la performance et la compétitivité du bassin des fournisseurs du pays, formé de plusieurs petites et moyennes entreprises, sont essentielles au succès continu.

Le Plan d'action économique de 2015 annonce que le gouvernement collaborera avec l'Association des industries aérospatiales du Canada et d'autres intervenants industriels et provinciaux pour élaborer une initiative nationale de développement des fournisseurs de l'aérospatiale. Cela se réalisera avec une réaffectation de 6 millions de dollars en 2016-2017 de l'Initiative stratégique pour l'aérospatiale et la défense.

Finalement, j'aimerais également parler du secteur du commerce et des investissements internationaux. Ils jouent un rôle crucial pour assurer la croissance continue de l'économie canadienne, en plus de contribuer à la prospérité des gens et des entreprises à l'échelle du Canada.

L'accès aux marchés étrangers et la réduction des obstacles commerciaux sont essentiels pour aider les exportateurs canadiens à croître.

Depuis 2006, le gouvernement a conclu des accords de libre-échange avec 38 pays, portant à 43 le nombre total d'accords de cette nature du Canada.

Grâce aux nouveaux accords commerciaux achevés et à d'autres qui sont en voie de finalisation, le Plan d'action économique de 2015 propose de réaliser des investissements de 152 millions de dollars dans la promotion du commerce au cours des cinq prochaines années afin d'aider les entreprises canadiennes à tirer pleinement parti des possibilités à l'échelle mondiale.

Nous reconnaissons aussi que les barrières au commerce intérieur peuvent nuire à la productivité économique et à la compétitivité. C'est pourquoi, depuis 2009, le Canada a éliminé de façon unilatérale plus de 1 800 droits de douane, ce qui a permis d'offrir plus de 450 millions de dollars en allègements tarifaires annuels aux fabricants canadiens. Cela comprend aussi l'élimination de tous les droits de douane restants sur le matériel et l'outillage et les intrants de fabrication, ce qui a fait du Canada une zone libre de droits de douane pour les fabricants industriels.

La création des conditions optimales pour permettre aux entreprises de réussir constitue également un point prioritaire pour FedDev Ontario.

FedDev Ontario a établi des partenariats avec des organismes comme MEC, la Fondation Yves Landry et la Chambre de commerce de l'Ontario. Nous l'avons fait afin d'appuyer les activités opérationnelles liées à la fabrication, étant donné l'importance du secteur pour notre région.

En fait, depuis 2009, FedDev Ontario a engagé près de 350 millions de dollars dans 2 100 projets de fabrication directs et indirects prévus.

Cette somme comprend l'investissement de 20 millions de dollars que j'ai annoncé en novembre pour le Programme SMART des technologies de pointe pour la croissance mondiale de MEC. Elle offre un financement à des fabricants misant sur les exportations qui cherchent à investir dans les technologies de pointe.

Aujourd'hui, j'ai le plaisir d'annoncer que MEC a octroyé jusqu'à présent plus de un million de dollars à 15 projets au titre de ce programme dans le Sud de l'Ontario.

Cette somme comprend 100 000 dollars accordés à Felton Brushes ici, à Hamilton. Cette entreprise locale, fondée en 1933, fabrique des brosses métalliques à moteur. Elles sont utilisées à des fins diverses, y compris le nettoyage des tiges de forage.

Au moyen du financement accordé par l'intermédiaire du Programme SMART de MEC, l'entreprise pourra faire l'acquisition d'une machine qui automatisera un processus qui, jusqu'à présent, a ralenti sa capacité à concurrencer pour obtenir des contrats sur le marché mondial. Cette adoption d'une technologie de fabrication de pointe aidera Felton à réduire ses déchets, à accroître la productivité de sa main d'œuvre et, en fin de compte, à faire croître ses marchés d'exportation.

Il s'agit d'un excellent exemple d'une entreprise locale qui reçoit un appui ciblé qui lui permettra d'adopter des technologies de pointe et d'améliorer ses opérations afin d'être concurrentielle à l'échelle mondiale.

Avec les diverses mesures annoncées dans le budget de 2015 et les ressources offertes par l'intermédiaire de réseaux comme Canada Makes, j'espère qu'un plus grand nombre de fabricants saisiront ces possibilités de croissance.

Je tiens à remercier de nouveau les organisateurs de m'avoir invité ici afin de vous parler aujourd'hui et je vous souhaite à tous un forum des plus productifs.

Je vous remercie.


Produits connexes


Recherche d'information connexe par mot-clés

L'Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l'Ontario Économie et industrie

Date de modification :