Déclaration Article provenant de  Agence de santé publique du Canada

Archivé - Journée de commémoration et d'action contre la violence faite aux femmes - 6 décembre 2014

Contenu archivé

L'information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

5 décembre 2014

Il y a vingt-cinq, les vies de quatorze femmes étaient fauchées par un vil acte de violence commis au nom d'une « lutte contre le féminisme ».

En ce jour, nous nous souvenons de ces quatorze jeunes femmes et de toutes les victimes de la violence faite aux femmes.

Toutes les formes de violence faite aux femmes sont inacceptables et ont de lourdes conséquences pour les personnes et les collectivités. Toute ma vie, j'ai défendu la cause des droits des femmes et j'ai fait partie d'organisations visant à mettre fin à la violence faite aux femmes, dont le groupe d'action sur la condition féminine, le centre d'aide aux victimes d'agression sexuelle et de violence sexuelle de Victoria et le refuge pour femmes d'Edmonton.

Comme ministre de la Santé, les effets importants et prolongés de la violence sur la santé me préoccupent grandement, et je suis décidée à prendre des mesures pour réduire la violence et appuyer des collectivités sûres et saines. Le gouvernement du Canada travaille avec un éventail de partenaires partout au pays afin de prévenir la violence familiale, y compris la violence faite aux femmes. Il coordonne notamment l'Initiative fédérale de lutte contre la violence familiale, qui réunit 15 ministère et organismes gouvernementaux contre la violence familiale.

De plus, le gouvernement appuie des programmes communautaires destinés aux enfants qui font la promotion de relations saines et de pratiques parentales positives, des mesures associées à une réduction du risque de violence plus tard dans la vie. Nous demeurons aussi déterminés à investir dans les services de santé destinés aux communautés inuites et des Premières Nations afin d'aborder les racines de la violence familiale, y compris les traumatismes intergénérationnels, la perte de la culture traditionnelle, la toxicomanie et la maladie mentale.

Joignez-vous à moi aujourd'hui afin de dénoncer les actes intolérables de violence faite aux femmes et aux filles et de vous engager pour une société paisible et respectueuse de toutes les personnes.

L'honorable Rona Ambrose
Ministre de la Santé


Recherche d'information connexe par mot-clés

Agence de santé publique du Canada Santé et sécurité

Date de modification :