Déclaration Article provenant de  Agence de santé publique du Canada

Archivé - Réunion du Conseil des médecins hygiénistes en chef sur le virus Ebola

Contenu archivé

L'information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

14 octobre 2014

Plus tôt aujourd'hui, j'ai assisté à une réunion du Conseil des médecins hygiénistes en chef du Canada pour discuter de l'épidémie de maladie à virus Ebola qui se poursuit en Afrique occidentale.

Je tiens d'abord à déclarer que le risque pour les Canadiens demeure très faible. Le virus Ebola lui-même ne se transmet pas facilement de personne à personne; ce n'est pas comme le virus de la grippe. Le virus Ebola se transmet par contact avec des liquides organiques (p. ex. sang, salive, sécrétions) d'une personne qui a contracté la maladie ou qui en est morte.

Le Conseil se réunit chaque semaine depuis quelque temps pour échanger de l'information et coordonner les activités ayant trait à la maladie à virus Ebola.

Je tiens à rappeler aux Canadiens que nos hôpitaux sont dotés de solides systèmes et procédures de lutte contre les infections conçus pour limiter la propagation des infections, protéger les travailleurs de la santé et fournir les meilleurs soins possibles aux patients. Le Canada a dû faire face à de multiples maladies touchant la santé publique, comme le SRAS, la grippe H1N1 et la grippe H5N1, qui nous ont mieux outillés pour intervenir contre les risques pour la santé publique et les éclosions. À l'appui de ces systèmes, l'Agence de la santé publique du Canada a transmis aux autorités de la santé des provinces et des territoires une série de lignes directrices de lutte contre les infections, y compris des lignes directrices propres à la maladie à virus Ebola.

Lors de la réunion d'aujourd'hui, nous avons discuté de façons de mettre en œuvre nos lignes directrices sur l'utilisation adéquate de l'équipement de protection individuelle dans les hôpitaux et de façons de les renforcer encore dans l'éventualité improbable où un cas de maladie à virus Ebola se présentait au Canada.

Après des discussions productives, nous avons convenu que même si nous sommes préparés, nous devons continuer d'être vigilants et d'améliorer nos systèmes et notre état de préparation.

Ensemble, nous continuerons de chercher des façons de renforcer encore notre capacité de détecter le virus Ebola et d'intervenir contre lui.

L'administrateur en chef de la santé publique du Canada,
Dr Gregory Taylor

- 30 -

Renseignements aux médias :

Relations avec les médias
Agence de la santé publique du Canada
613-957-2983


Recherche d'information connexe par mot-clés

Agence de santé publique du Canada Santé et sécurité

Date de modification :