Déclaration Article provenant de  Agence de santé publique du Canada

Archivé - Message de l’administrateur en chef de la santé publique du Canada sur le premier cas de transmission entre humains du virus Ebola aux États-Unis

Contenu archivé

L'information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le risque demeure très faible

12 octobre 2014

Le premier cas de transmission entre humains du virus Ebola aux États-Unis a été confirmé aujourd’hui par les US Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Une travailleuse de la santé du Texas a subi un test de détection du virus qui s’est avéré positif. Elle avait dispensé des soins au malade récemment décédé qui avait voyagé au Libéria.

Alors que nos pensées accompagnent cette personne et sa famille au moment où ils sont confrontés à cette situation, je tiens à rassurer les Canadiens que le risque n’a pas changé et demeure très faible.

Nous entretenons des contacts étroits avec nos partenaires des États-Unis, des provinces et des territoires et sommes munis de systèmes solides destinés à détecter tout cas qui pourrait arriver au Canada et à y réagir.

La semaine dernière, nous avons renforcé nos mesures à la frontière en prenant une précaution supplémentaire. À compter de maintenant, tous les voyageurs identifiés comme étant arrivés au Canada en provenance d’un pays ouest-africain touché seront adressés à un agent de quarantaine de l’Agence de la santé publique du Canada pour subir une évaluation obligatoire de leur état de santé.

Les agents de quarantaine ont la formation et l’équipement nécessaires pour procéder à une évaluation de l’état de santé des voyageurs, y compris pour vérifier s’ils font de la fièvre, et pour déterminer si des mesures sanitaires supplémentaires sont nécessaires.

Au moyen de ce dépistage, nous continuons également à sensibiliser les voyageurs internationaux aux mesures à prendre pour se protéger et pour protéger les autres s’ils tombent malades.

Par ailleurs, les hôpitaux canadiens se sont dotés de systèmes et de procédures de lutte contre les infections visant à limiter la propagation des infections, à protéger les travailleurs de la santé et à fournir les meilleurs soins possibles aux patients. Pour soutenir ces systèmes, l’Agence de la santé publique du Canada continue à faire part à ses partenaires sanitaires provinciaux et territoriaux des directives spécifiques à l’Ebola afin de renforcer les pratiques de contrôle des infections dans les hôpitaux.

J’aimerais profiter de cette occasion pour rappeler aux Canadiens que le virus Ebola ne se transmet pas facilement d’une personne à une autre, ce n’est pas comme la grippe. Il se transmet par contact direct avec une personne qui présente des symptômes, et non par simple contact.

Nous continuerons à collaborer avec nos partenaires au pays et à l’étranger et à évaluer la nécessité de prendre d’autres mesures pour protéger les Canadiens.

Renseignements aux médias :

Relations avec les médias
Agence de la santé publique du Canada
613-957-2983


Recherche d'information connexe par mot-clés

Agence de santé publique du Canada Santé et sécurité

Date de modification :