Discours Article provenant de  Agence de santé publique du Canada

Archivé - Allocution de le Dr Gregory Taylor, administrateur en chef de la santé publique du Canada : l'intervention du gouvernement contre l'éclosion de maladie à virus Ebola

Contenu archivé

L'information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

La ministre de la Santé Rona Ambrose, accompagnée du Dr Gregory Taylor, administrateur en chef de la santé publique, et de la Dre Judith Bossé, sous-ministre adjointe de la Direction générale de la prévention et du contrôle des maladies infectieuses, fait une annonce concernant l'intervention du gouvernement contre l'éclosion de maladie à virus Ebola.

3 novembre 2014
Winnipeg (Manitoba)

Merci madame la ministre. Je commencerai en disant à quel point je suis ravi d'être ici dans notre Laboratoire national de microbiologie de renommée internationale, et que je suis extrêmement fier du personnel dévoué et talentueux qui travaille ici avec nous.

Au sujet de l'annonce d'aujourd'hui, l'expérience acquise au Canada lors de l'intervention contre d'autres problèmes de santé publique, comme le SRAS, la grippe H1N1 et la grippe H5N1, a renforcé notre état de préparation contre les risques pour la santé publique et les éclosions. Je participe régulièrement à des réunions mixtes du Conseil du Réseau pancanadien de santé publique et du Conseil des médecins hygiénistes en chef pour appuyer leur préparation au Canada.

Bien que la transmission généralisée et intense du virus Ebola se poursuive au Libéria, en Sierra Leone et en Guinée, je tiens à rassurer les Canadiens que nous continuerons de veiller à ce que le Canada soit bien préparé dans l'éventualité d'un cas de maladie à virus Ebola. Je tiens aussi à féliciter chacune et chacun des nombreux travailleurs de la santé qui sans relâche ont relevé le défi et qui ont mis leur propre santé en péril sur les premières lignes pour prévenir la propagation du virus Ebola.

Nous sommes extrêmement fiers de leur travail important, qui est essentiel pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens et des personnes dans les pays touchés.

L'annonce aujourd'hui d'un investissement d'un million de dollars nous permettra de déployer des agents de quarantaine additionnels qui veilleront à ce que le Canada demeure bien protégé. Comme nous l'avons dit, l'Agence de la santé publique du Canada participe, ici même à Winnipeg, à la mise au point de mesures de prévention médicales expérimentales contre le virus Ebola qui se sont montrées très prometteuses lors de recherches menées sur des animaux.

Ces mesures de prévention incluent le vaccin expérimental canadien contre le virus Ebola, ainsi que des anticorps monoclonaux utilisés dans des traitements expérimentaux. L'annonce d'aujourd'hui d'un financement additionnel de 23,5 millions de dollars nous permettra de faire plus de travaux de recherche et de développement de ces mesures de prévention médicales.

Si les essais cliniques de phase 1 en cours aux États-Unis s'avèrent concluants, l'investissement annoncé aujourd'hui servira à soutenir la réalisation d'autres essais pour tester l'innocuité et l'efficacité de notre vaccin contre le virus Ebola chez de plus grands groupes de cobayes. Les essais cliniques sont une étape importante dans l'examen de certaines des considérations éthiques entourant la distribution d'un vaccin expérimental pour contribuer à mettre fin à l'éclosion de maladie à virus Ebola en Afrique occidentale.

Le traitement ZMapp aux anticorps monoclonaux constitue une autre mesure de prévention médicale contre le virus Ebola. Le Canada a fièrement mis au point deux des trois anticorps du traitement ZMapp. En investissant dans ces mesures de prévention médicales, nous investissons dans une ressource de santé publique mondiale et dans des mesures qui pourraient éventuellement protéger les Canadiens ici et à l'étranger.

Puisque nous sommes un grand pays diversifié, nos hôpitaux et nos centres de traitement, tout comme nos populations, varient. Par conséquent, la plupart des provinces ont désigné des établissements dotés de personnel formé et de l'équipement nécessaire pour recevoir un patient atteint de la maladie à virus Ebola dans l'éventualité d'un cas au Canada.

Encore une fois, je souhaite profiter de l'occasion pour rappeler aux Canadiens que l'annonce d'aujourd'hui témoigne encore de notre engagement à veiller à ce que le Canada demeure prudent et bien préparé. Les médecins hygiénistes en chef des provinces et territoires et moi continuerons d'échanger de l'information et de travailler ensemble pour nous assurer que tous les ordres de gouvernement au Canada et le secteur de la santé sont bien préparés dans l'éventualité d'un premier cas de maladie à virus Ebola au Canada.

Comme la ministre Ambrose vient de le dire, la protection de la santé des Canadiens est notre priorité absolue. Merci. La Dre Bossé dira maintenant quelques mots en français.


Recherche d'information connexe par mot-clés

Agence de santé publique du Canada Santé et sécurité

Date de modification :