Discours Article provenant de  Agence de santé publique du Canada

Archivé - Notes d'allocution pour l'honorable Rona Ambrose, ministre de la Santé - Mise à jour à l'intention des Canadiens - Ebola

Contenu archivé

L'information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 20 octobre 2014
Ottawa (Ontario)

Seule la version prononcée fait foi.

Bonjour,

Merci d’être présents ici aujourd’hui. Je suis accompagnée de l’administrateur en chef de la santé publique du Canada, le Dr Gregory Taylor, ainsi que de la Dre Judith Bossé, sous-ministre adjointe à l’Agence de la santé publique du Canada.

L’épidémie de maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest a pris une envergure sans précédent, et notre gouvernement joue un rôle de premier plan dans le cadre de l’intervention internationale depuis avril, en prenant des mesures au pays et à l’étranger.

Le Canada demeure vigilant, et joue un rôle de premier plan dans la réponse mondiale.

À ce jour, le Canada a engagé plus de 65 millions de dollars en Afrique de l’Ouest pour améliorer les traitements et la prévention, renforcer les capacités en matière de santé pour sauver des vies et soutenir des aspects essentiels comme la nutrition.

Nous avons également mis du personnel et du matériel à la disposition de ceux et celles qui œuvrent en première ligne en Afrique.

Ce matériel comprend notamment

  • de l’équipement de protection individuelle destiné à l’Organisation mondiale de la Santé et qui est indispensable pour stopper la propagation de la maladie;
  • deux laboratoires mobiles pour assurer le soutien au diagnostic sur le terrain et l’aide à la prévention de l’infection.
  • Aujourd’hui, nous avons expédié à l’Organisation mondiale de la Santé la première livraison du vaccin expérimental mis au point par le Canada.

Mais puisque le nombre de cas continue de s’accroître, il est évident qu’il reste encore beaucoup à faire pour lutter contre la maladie et l’endiguer, ainsi que pour assurer une bonne protection des Canadiens ici au pays.

Ce matin, j’ai eu le plaisir de rencontrer des employés de l’Agence de la santé publique du Canada à Ottawa.

Nous pouvons compter sur une équipe de personnes hautement qualifiées et dévouées, ici à Ottawa, à Winnipeg et en Afrique de l’Ouest, qui travaillent sans relâche pour aider à prévenir et à déceler la maladie, et à faire en sorte que nous soyons préparés.

Je tiens à rassurer les Canadiens en les informant que l’Agence de la santé publique du Canada travaille directement avec les provinces et les territoires pour veiller à ce que le Canada soit prêt.

Pas plus tard qu’hier, une de nos équipes d’intervention rapide contre le virus Ebola s’est déployée à Halifax, depuis Ottawa, dans le cadre d’un exercice mené conjointement avec le ministère de la Santé et du Mieux-être de la Nouvelle-Écosse.

Tandis que nos partenaires provinciaux et territoriaux intensifient leur préparation en vue de composer avec la découverte d’un cas possible d’Ebola, il est impératif qu’ils sachent que l’aide et l’expertise du gouvernement fédéral seront là pour assurer leur soutien à tout instant.

Le déploiement réussi d’hier a contribué de façon importante à renforcer leur confiance et celle des Canadiens. Il s’agit d’une étape importante de notre planification commune de l’intervention en cas d’urgence.

L’équipe a passé la soirée de dimanche ainsi la matinée d’aujourd’hui avec des responsables provinciaux et locaux de la santé publique au Centre provincial des opérations d’urgence.

Ensemble, ils ont planifié une intervention d’urgence conjointe, et notamment les aspects suivants : isolement en milieu hospitalier, capacité de laboratoire, biosûreté, prévention de l’infection, épidémiologie, ports d’entrée et communications.

Dans le cas où l’on confirmerait un premier cas d’Ebola n’importe où au Canada, une des cinq équipes dont nous disposons serait déployée pour aider les autorités sanitaires locales et assurer une capacité d’intervention supplémentaire, ainsi que pour fournir des ressources et une expertise additionnelles afin de prévenir la propagation de la maladie.

Ces équipes seraient déployées rapidement grâce aux avions de Transports Canada, qui sont stationnés à Winnipeg et à Ottawa.

Il est important d’effectuer des exercices, des essais à blanc et des répétitions pour faire en sorte que nos équipes soient en mesure de réagir sans hésitation si un cas d’Ebola devait survenir. Je suis persuadée que tous les ministres de la Santé du pays sont déterminés à assurer la préparation et la protection des Canadiens.

Les Canadiens sont très chanceux d’avoir accès à des hôpitaux parmi les meilleurs au monde.

L’expérience acquise par le Canada dans le combat contre le SRAS et les virus H1N1 et H5N1 ont fait de notre pays un chef de file en matière de lutte contre les maladies infectieuses, mais nous pouvons toujours améliorer notre système et nos protocoles pour protéger encore mieux les Canadiens.

En travaillant ensemble pour nous préparer ici, au pays, et en contribuant aux efforts internationaux à l’étranger, nous continuerons à faire tout ce qui est possible pour lutter contre la maladie et protéger les Canadiens.

Je cède maintenant la parole au Dr Taylor.

Merci.


Recherche d'information connexe par mot-clés

L'hon. Rona Ambrose Agence de santé publique du Canada Santé et sécurité

Date de modification :