Discours Article provenant de  Agence de santé publique du Canada

Archivé - Notes d'allocution pour le Dr Gregory Taylor Administrateur en chef de la santé publique - Conférence de presse visant à faire le point sur l'épidémie de maladie à virus Ebola

Contenu archivé

L'information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

20 octobre 2014
Lieu : Tunney's Pasture, Immeuble Brooke-Claxton

Seule la version prononcée fait foi

Merci Madame la Ministre.

Je suis heureux d'être ici aujourd'hui pour informer les Canadiens concernant l'intervention du Canada contre l'épidémie de maladie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest.

Comme vous le savez, l'annonce de la semaine dernière concernant l'ajout de 30 millions de dollars aux efforts du Canada aidera les pays à limiter la propagation de la maladie en Afrique occidentale et permettra de fournir une protection indispensable aux travailleurs de la santé en première ligne.

De plus, comme l'a mentionné la ministre, le gouvernement du Canada envoie trois cargaisons comptant au total 800 doses du vaccin expérimental canadien contre le virus Ebola à l'Organisation mondiale de la Santé, à Genève.
Je suis heureux de signaler que le premier envoi est parti de Winnipeg ce matin.

Les laboratoires mobiles de l'Agence restent également sur le terrain en Sierra Leone. Les responsables continuent d'aider en fournissant rapidement des diagnostics en laboratoire et en évaluant les mesures de prévention des infections pour tenter de déterminer comment le virus continue de se propager.

De plus, comme nous l'avons indiqué précédemment, des cargaisons du don d'équipement de protection individuelle fait par le Canada sont déjà arrivées, et nous fournirons plus d'équipement selon les besoins.

Il est impératif que tous les travailleurs de première ligne du secteur de la santé soient prêts dans l'éventualité d'un premier cas confirmé d'infection à virus Ebola au Canada.

Nos hôpitaux disposent de systèmes et de procédures de contrôle visant à limiter la propagation des infections, à protéger les travailleurs de la santé et à fournir les meilleurs soins possibles aux patients.

À l'appui de ces systèmes, l'Agence de la santé publique du Canada a établi une série de lignes directrices de lutte contre les infections pour utilisation dans les institutions de soins de santé à l'échelle du pays.

En plus des lignes directrices, la formation est essentielle pour veiller à ce que l'équipement de protection individuelle et des protocoles de sécurité soient mis en place.

La semaine dernière, j'ai communiqué avec la Fédération canadienne des syndicats d'infirmières et d'infirmiers et avec l'Association des infirmières et infirmiers du Canada.

Aujourd'hui, je rencontrerai plusieurs organisations professionnelles du secteur de la santé afin de discuter de la préparation des services de première ligne et des protocoles de sécurité.

Je continuerai également de travailler avec les directeurs de la santé publique des provinces et des territoires pour faire en sorte que tous les travailleurs de la santé dans les services de première ligne soient préparés et adéquatement formés pour intervenir.

Comme la ministre l'a mentionné, l'Agence et le ministère de la Santé et du Mieux-être de la Nouvelle-Écosse ont fait aujourd'hui un exercice visant à s'assurer que les équipes de santé publique sont capables d'intervenir rapidement.

Comme il a été annoncé hier, nous disposons de cinq équipes d'intervention rapide contre le virus Ebola, composée chacune d'un chef d'équipe, d'un épidémiologiste de terrain et de spécialistes de la lutte contre les infections, de la biosécurité, des sciences de laboratoire, des communications et de la logistique.

Les membres de l'une de ces équipes ont rencontré aujourd'hui à Halifax des homologues de chacun de ces domaines. Ils ont passé en revue les détails de ce qui se produirait si un cas était déclaré dans leur province et ont eu des discussions productives sur l'aide que pourraient leur apporter les équipes d'intervention rapide. Ceci permettra de guider et de renforcer notre préparation.

L'exercice d'aujourd'hui fait suite à un exercice similaire réalisé vendredi dernier à Ottawa, qui a permis de vérifier la capacité des équipes à se déployer rapidement en utilisant l'équipement approprié et en dotant un aéronef réservé de l'équipement requis.

Avant de terminer, j'aimerais souligner le succès de l'activité portes ouvertes tenue au Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg samedi dernier.

Le laboratoire est un centre de recherche de niveau international voué à la protection des Canadiens et de la santé publique mondiale.

Le VIH, le SRAS et le H1N1 ont fait augmenter la visibilité des maladies infectieuses qui menacent la santé publique. Pourtant, il en existe d'innombrables autres qui, comme les maladies à virus Ebola, ont le potentiel de frapper nos citoyens à travers le monde et même ici, au pays.

Les investissements dans la santé publique au Canada et la protection des Canadiens contre les maladies infectieuses sont une priorité pour le gouvernement.

Qu'il s'agisse de recherches innovatrices en matière de vaccins, de nouveaux outils diagnostiques ou de logiciels de recherche de pointe, le Laboratoire de recherche en microbiologie a de beaux succès à son actif en travaillant en partenariat avec la communauté de la santé publique.

Les mesures de préparation en collaboration se poursuivront pendant que l'Agence travaille avec ses partenaires canadiens et étrangers pour lutter contre l'infection à virus Ebola, poursuivre la mise au point du vaccin et veiller à la protection des Canadiens.

Je vous remercie.


Recherche d'information connexe par mot-clés

Agence de santé publique du Canada Santé et sécurité

Date de modification :