Discours Article provenant de  Agence de santé publique du Canada

Archivé - Notes d'allocution pour Dr Gregory Taylor, Administrateur en chef de la santé publique - Essais cliniques sur le vaccin contre la maladie à virus Ebola

Contenu archivé

L'information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 13 octobre 2014
Toronto (Ontario)

SEUL LE TEXTE PRONONCÉ FAIT FOI.

Merci, Madame la Ministre.

Je voudrais répéter certains des commentaires de la Ministre.

Aujourd'hui, nous annonçons le commencement des essais cliniques de la Phase un pour notre vaccin contre Ebola sur des volontaires en santé. Ces essais cliniques du vaccin seront les premiers sur des humains.

Ce vaccin est le fruit d'années de recherche par des scientifiques dévoués au Laboratoire national de microbiologie de l'Agence de la santé publique du Canada à Winnipeg. Son développement a été financé en partie par Recherche et développement pour la défense Canada.

Le vaccin combine des parties du virus Ebola - seulement une portion de la protéine, non le virus lui-même - avec un virus animal appelé virus stomatite vésiculeuse.

Lorsqu'une personne reçoit le vaccin, cela pousse son système immunitaire à commencer à fabriquer des anticorps. Les anticorps fonctionnent dans notre corps en trouvant, puis en neutralisant, des objets étrangers, tels que des bactéries ou des virus.

Nous recevons habituellement un vaccin pour éviter de tomber malades. Par exemple, chaque année, nous encourageons les gens à se faire vacciner contre la grippe. De cette façon, leur corps développe des anticorps contre la grippe.

Lorsqu'ils sont exposés au virus de la grippe, leurs anticorps l'attaquent, et cela leur évite de tomber malades ou leur grippe sera beaucoup moins grave.

Les études sur des animaux suggèrent que le vaccin contre Ebola est très efficace pour aider à prévenir la maladie. Ces mêmes études ont également montré que le vaccin peut aider à prévenir la maladie s'il est reçu immédiatement après l'exposition, c'est-à-dire s'il est reçu immédiatement après l'exposition au virus Ebola.

Les essais cliniques de la Phase un que nous annonçons aujourd'hui seront importants pour évaluer si le vaccin est sûr pour être utilisé sur des humains avant l'exposition. Il aidera également à déterminer le dosage approprié ou la quantité de vaccin nécessaire pour immuniser les gens.

Je tiens à souligner que la réalisation de ces essais cliniques ne fera courir à personne le risque de contracter la maladie à virus Ebola. Le vaccin ne contient pas de virus vivant.

Les chercheurs qui procèdent aux essais demanderont à environ 40 volontaires en santé de prendre le vaccin contre la maladie à virus Ebola.

Ensuite, une équipe de professionnels de la santé surveillera l'apparition des effets secondaires et prélèvera des échantillons de sang pour déterminer avec quelle efficacité le système immunitaire des participants fabrique des anticorps contre le virus Ebola.

Les résultats des essais devraient être disponibles en décembre 2014.

Ces essais cliniques sont une étape importante de la résolution de certains des problèmes d'ordre éthique que pose la fourniture d'un vaccin expérimental destiné à contribuer à enrayer l'épidémie de maladie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest.

D'autres essais cliniques sont prévus à l'heure actuelle au Canada, en Europe et en Afrique, en dehors de la région touchée par le virus Ebola.

Si ces essais cliniques de Phase un sont couronnés de succès, il y aura des essais à plus grande échelle sur les êtres humains et la possibilité d'effectuer des essais dans les pays touchés par le virus Ebola sera examinée avec soin.

Nous aurons aussi fait un pas de plus vers la découverte d'un vaccin dont la vente peut être autorisée par les organismes de réglementation pharmaceutique et qui peut être mis à la disposition des personnes qui en ont besoin.

Je voudrais profiter de l'occasion pour rappeler encore une fois aux Canadiens que le risque pour le Canada demeure très faible.

Nous continuerons à travailler avec nos partenaires du Canada et du monde entier pour surveiller l'épidémie de maladie à virus Ebola, poursuivre la mise au point du vaccin contre le virus Ebola et faire en sorte que les Canadiens soient protégés.

Merci.


Recherche d'information connexe par mot-clés

Agence de santé publique du Canada Santé et sécurité

Date de modification :