Communiqué de presse Article provenant de  Gendarmerie royale du Canada

Archivé - Un nouvel organisme national s'attaque aux cultures de marihuana et aux laboratoires clandestins

Contenu archivé

L'information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

OTTAWA (29 novembre 2012) – Une nouvelle coalition nationale lancée ici même aujourd’hui s’engage à lutter en vue d’améliorer la sécurité et la santé des collectivités grâce à une approche nationale conjointe pour déceler, prévenir et décourager les activités criminelles liées aux cultures de marihuana et aux laboratoires clandestins.

Les Canadiens d’un océan à l’autre subissent les effets néfastes de la présence de cultures de marihuana et de laboratoires clandestins dans leurs collectivités. Au-delà de l’incursion évidente du crime organisé et des dangers pour la santé et la sécurité des personnes et des communautés, ces cultures et laboratoires font augmenter le coût de plusieurs services tout en nuisant à la valeur des propriétés. D’une manière ou d’une autre, nous en payons tous le prix.

Le Conseil national de la lutte contre les cultures de marihuana et les laboratoires clandestins se compose de représentants de divers secteurs de l’industrie et organismes gouvernementaux – municipalités, secteurs de l’immobilier, des assurances et des finances, des fournisseurs d’électricité, services des incendies et de police – qui ont tout intérêt et sont déterminés à mettre un terme à ce fléau afin d’accroître la sécurité des citoyens.

« Le nouveau conseil national est un excellent exemple du type de partenariats dont nous avons besoin pour lutter contre les installations de culture de marijuana, les laboratoires clandestins et les éléments du crime organisé qui les appuient, a déclaré le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews. En travaillant ensemble, nous pourrons mieux faire face au risque que représentent ces installations à la sécurité de nos collectivités. »

Les membres du Conseil ont élaboré une vision et une mission communes qui se veulent concises, souples et conformes à leurs grands objectifs. Le Conseil offrira leadership et assistance visant à réduire les méfaits sociaux, environnementaux et économiques des cultures de marihuana et des laboratoires clandestins.

La première initiative fédérale relative aux cultures de marihuana (ICM) a été lancée par la GRC en 2011. Elle a jeté des bases encore utilisées aujourd’hui pour atténuer les risques que présentent les cultures de marihuana pour la santé et la sécurité des personnes et des communautés. Cette initiative s’est révélée essentielle pour réduire l’incidence du crime organisé, qui transcende les frontières.

S’appuyant sur les trois grands piliers de l’initiative – la dissuasion, la répression et la sensibilisation – et avec l’appui de nombreux partenaires, la GRC a fait des progrès importants dans la lutte contre la multitude de problèmes indirects liés aux cultures de marihuana illégales. La création du Conseil s’inscrivait dans les visées de l’ICM.

« Ce problème ne concerne pas uniquement la police, de dire, Diane Colley-Urquhart, co-présidente du Conseil. Il s’agit d’un problème communautaire qui exige une volonté, un dynamisme et des efforts collectifs que seul un conseil national regroupant diverses organisations peut mobiliser. »

« Chaque jour, plus de 100 000 agents immobiliers canadiens rencontrent des familles et explorent des quartiers, et voient ainsi de près les répercussions et les risques liés aux résidences qui ont déjà abrité des installations de drogue. Il est important d’informer le public sur ces propriétés et la façon de les remettre en état pour qu’elles redeviennent sécuritaires, de dire Pauline Aunger, co-présidente du Conseil. Il s’agit d’un problème communautaire grave, et il faudra la volonté de nombreux intervenants pour en venir à bout. Nous sommes fiers de participer à la solution. »

La réunion inaugurale, à laquelle 12 représentants de 11 organisations (voir la liste ci‑dessous) ont assisté, a eu lieu hier à la Direction générale de la GRC. À cette occasion, le Conseil a élu deux co-présidentes, et établi ses principales priorités :

  1. Mieux informer le public afin de protéger les Canadiens et leurs foyers;
  2. Mobiliser les intervenants et les décideurs pour favoriser des solutions nationales concertées;
  3. Promouvoir une approche multisectorielle afin d’éliminer les répercussions négatives des cultures de marihuana et des laboratoires clandestins sur le plan social, économique et environnemental.

- 30 -


Recherche d'information connexe par mot-clés

Gendarmerie royale du Canada Société et culture

Date de modification :