Communiqué de presse Article provenant de  Cabinet du Premier ministre

Le PM prononce un discours lors de l'inauguration du Monument de la Marine royale canadienne au débarcadère de Richmond

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

3 mai 2012
Ottawa (Ontario)

Merci beaucoup, Peter, pour cette aimable présentation, et merci également pour votre leadership constant comme ministre de la Défense nationale.

Président Kinsella et collègues parlementaires, aumônier Wilcox, général Natynczyk, vice-amiral Maddison, président Mills, distingués invités, concepteurs, anciens combattants, mesdames et messieurs.

Le Canada est une nation maritime qui fait du commerce et qui a des intérêts partout dans le monde.

Entourés comme nous le sommes de trois océans, nous pouvons vraiment dire que le Canada et son économie flottent sur l’eau de mer.

Une telle nation doit disposer d’une marine.

Une marine qui sert le pays. Une marine qui nous protège. Une marine qui, si les circonstances l’exigent, exposera ses navires et ses équipages au danger, pour le bien du pays qu’elle a juré de défendre.

C’est ce que la Marine royale canadienne fait depuis plus d’un siècle.

Nous sommes donc réunis la veille du jour où nous honorons chaque année la Marine royale canadienne afin de dédier un endroit particulier, un monument à cette marine.

Cet endroit s’appellera le Monument de la Marine royale canadienne.

Les marins canadiens nous rendent des services des plus cruciaux, et ils peuvent être fiers de leur histoire remarquable

Il n’est peut-être pas nécessaire de le rappeler à un auditoire canadien, mais les marins ne sont pas des soldats, tout comme les soldats ne sont pas des aviateurs. 

En effet, les marins ont leurs coutumes, leurs traditions propres.

Comme je l’ai vu moi-même, à chacune des nombreuses occasions où j’ai été à bord d’un de nos navires, les marins utilisent un langage professionnel qui leur est unique, et qui exprime leur vie sur les océans et les mers du monde.

Ce monument que nous inaugurons aujourd’hui traduit, par son style particulier et comme on nous l’a expliqué en détail, cette signification du service maritime, au nom de tous les membres passés et présents de la Marine royale canadienne. 

Au cours des cent premières années d’existence de la Marine, plus de 600 navires de guerre ont été envoyés en mer et de braves membres de la Marine royale canadienne ont servi avec courage dans toutes les missions militaires du Canada.

Pendant la Première Guerre mondiale, ils ont protégé nos côtes. 

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, ils ont mené un âpre combat contre les sous-marins allemands, et essuyé de terribles pertes dans l’Atlantique.

Mais ils ont réussi à assurer le passage des convois de soldats et de marchandises qui ont finalement permis de venir à bout des ennemis. 

Ils étaient dans la Manche, éliminant des mines et se frottant à des destroyers nazis.

Ils ont participé au jour J. 

Ils étaient dans le Pacifique. 

En fait, le dernier Canadien à se mériter la Croix de Victoria était un pilote naval, Robert Hampton Grey, tué lorsqu’il a coulé un destroyer japonais, quelques jours avant la fin de la guerre.

La Marine royale canadienne a continué depuis à servir pendant le conflit en Corée, lors d’opérations de paix et de sécurité dans le monde entier, et tout récemment, dans le golfe Persique lors de la mission en Afghanistan.

En effet, certains membres ont servi en Afghanistan même.

Hélas, il y a deux ans aujourd’hui que le maître de 2e classe Craig Blake, spécialiste des mines de la Marine, a été tué dans ce pays.

Notre marine a également joué un rôle clé dans des opérations d’aide humanitaire.

Considérant l’aide humanitaire, je ne saurai passer sous silence le déploiement rapide en Haïti après le terrible tremblement de terre survenu en 2010.

J’ai eu le privilège de passer la nuit à bord du NCSM Athabaskan lorsque je me suis rendu en Haïti après cet événement tragique et j’ai pu voir directement les efforts incroyables déployés pour apporter de l’aide à ceux et celles qui en avaient désespérément besoin.

Et depuis, les marins et les navires canadiens ont encore bravé le danger.

Pas plus tard que l’an dernier, le NCSM Charlottetown et le NCSM Vancouver ont participé à l’engagement de l’OTAN en Libye, le premier essuyant le feu ennemi et y répondant, premier navire de guerre canadien à le faire depuis la guerre de Corée.

Toutes les actions menées par nos marins à la défense du Canada et à la défense des populations les plus vulnérables du monde, tout cela a été bien documenté.

Nous avons toujours besoin de monuments comme celui-ci, des souvenirs tangibles qui pourraient inciter les jeunes à demander à leurs aînés : « Que représente cet endroit? Qu’est-ce que tout cela signifie? Qu’est-ce que ces gens font? »

Et alors, s’il y a d’autres monuments d’un bout à l’autre du pays dédiés à ceux qui ont perdu la vie lors de divers conflits, ce monument exige que toute l’histoire de la marine soit contée et comprise et rappelle à tous les Canadiens que la marine est toujours présente – par-dessus l’horizon – aujourd’hui comme hier, au premier signe de conflit, pour crier « Prêts! Toujours prêts! » au service de notre grand pays, comme on peut le lire ici, sur la face ouest de ce monument remarquable.

Amiral Maddison, en tant que commandant de la Marine royale canadienne, ne ratez jamais une occasion de rappeler aux membres de la flotte qu’ils jouissent de l’admiration et du respect de leurs concitoyens pour tout ce que la Marine royale canadienne a accompli pendant toutes ces années.

J’ai aujourd’hui en ma compagnie, une ancienne combattante de la Seconde Guerre mondiale, Madame Elsa Lessard.

Et maintenant, une occasion heureuse, le baptême du Monumant à la Marine royale canadienne.

Madame Elsa Lessard a servi dans le Service féminin de la Marine royale du Canada, comme on l’a mentionné, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Depuis, elle a été active au service des anciens combattants et elle a reçu une mention d’honneur du ministre des Anciens Combattants en 2008.

Madame Lessard, nous ferez-vous l’honneur, maintenant, de baptiser, selon la tradition, le Monument à la Marine royale canadienne?

Date de modification :