Communiqué de presse Article provenant de  Gouvernement du Canada

Archivé - Des ministres canadiens vantent le Canada comme destination de choix pour l'investissement

Contenu archivé

L'information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Les ministres Baird, Flaherty et Fast soulignent les solides principes économiques fondamentaux du Canada et sa grande compétitivité au Forum économique mondial

Le 27 janvier 2012 - Le ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Ed Fast, le ministre des Affaires étrangères John Baird et le ministre des Finances, l’honorable Jim Flaherty, ont rencontré des investisseurs et des dirigeants d’entreprises clés au Forum économique mondial, en Suisse, pour présenter les solides principes économiques fondamentaux du Canada et son programme commercial dans le cadre du plan du gouvernement de création d’emplois et de croissance au pays.

Chaque année, plus d’un millier de dirigeants d’entreprise de premier plan du monde entier participent au Forum.

« Comme un emploi canadien sur dix est lié à l’investissement étranger, notre gouvernement estime que le fait d’attirer de nouveaux investissements crée des emplois et favorise la prospérité des entreprises, des travailleurs et des familles au Canada, a expliqué le ministre Fast. L’investissement étranger introduit des innovations et de nouvelles technologies et nous rend plus compétitifs. Grâce à notre solide système bancaire, à notre économie stable, à nos politiques en faveur des entreprises, à notre engagement envers le commerce libre et ouvert, notre gouvernement continue de faire du Canada une destination attrayante pour les investisseurs. »

En 2010, le stock d’investissement étranger direct au Canada et d’investissement direct du Canada à l’étranger s’est chiffré à 72,5 p. 100 du PIB, ce qui le place au troisième rang des membres du G-7 à ce chapitre. Les entreprises étrangères au Canada sont la source de près de la moitié des exportations de marchandises, du tiers des dépenses en recherche et développement (R-D) et de plus du quart des profits, des revenus et de l’investissement en capital du Canada. Les stocks d’investissement étranger direct ont augmenté régulièrement avec les années. En 2010 seulement, le stock d’investissement provenant de l’étranger a augmenté de 14 milliards de dollars par rapport à son niveau de 2009.

« En tant que nation commerçante, le Canada considère que l’investissement étranger est essentiel à la création d’emplois et à la croissance économique du pays, a affirmé le ministre Baird. C’est pourquoi notre gouvernement s’efforce de créer les conditions qui permettront d’attirer l’investissement, et au cours de mes visites à l’étranger, je m’assure de faire connaître aux autres pays toutes les raisons pour lesquelles le Canada a récemment été désigné par le magazine Forbes comme le meilleur pays où faire des affaires. »

« Le gouvernement du Canada a su créer un avantage canadien en réduisant les impôts, en favorisant le libre-échange et l’innovation et en contrôlant ses dépenses, a affirmé le ministre Flaherty. Nos mesures énergiques ont fait du Canada un endroit à faible taux d’imposition où investir. Le Plan d’action économique du Canada, de bons principes économiques fondamentaux et un système bancaire solide ont aidé le Canada à se relever de la crise économique mondiale bien avant la plupart des pays industrialisés. »

LANXESS, une entreprise présente à Davos qui se classe au deuxième rang de la production mondiale de caoutchouc butylique, connaît bien les solides fondements commerciaux du Canada : elle emploie plus de 500 travailleurs hautement qualifiés au Canada.

« LANXESS a choisi d’investir au Canada en raison de la main-d’œuvre très instruite et compétente qu’on y retrouve, de ses centres de R-D novateurs et de son engagement à produire des produits de prochaine génération, a expliqué le président du conseil de direction de LANXESS, M. Axel Heitmann. Dans notre nouveau centre de R-D de l’Université Western Ontario, nous avons créé le premier caoutchouc biologique, ce qui nous permettra de dissocier nos ressources de notre dépendance au pétrole. Nous nous réjouissons à l’idée de renforcer encore davantage nos liens avec le Canada. »

Plusieurs autres investisseurs étrangers importants œuvrant au Canada participent au Forum économique mondial, notamment Siemens, Shell, Rio Tinto, Google et AMEC PLC.

En 2011, les efforts de promotion de l’investissement du gouvernement Harper ont permis d’attirer 95 nouvelles entreprises étrangères et leurs projets d’expansion au Canada évalués à plus de 16 milliards de dollars. Plus de 5 300 emplois ont été créés à la suite de ces efforts.

Pour de plus amples renseignements sur la présence du Canada au Forum, prière de consulter la page Le ministre Fast au Forum économique mondial.

Pour obtenir des renseignements complets et multilingues sur les nombreux avantages qu’offre le Canada sur le plan des affaires et des investissements, prière de consulter la page Investir au Canada.

- 30 -

Un document d’information suit.

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique
613-992-7332

Mary Ann Dewey-Plante
Attachée de presse
Cabinet du ministre des Finances
613-996-7861

Le Service des relations avec les médias (commerce)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-996-2000
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada

Jack Aubry
Relations avec les médias
Ministère des Finances Canada
613-996-8080

Document d’information - Avantages concurrentiels du Canada

Le Canada voit d’un bon œil l’investissement étranger qui stimule la croissance économique, la création d’emplois, l’innovation, la capacité concurrentielle et la prospérité du pays à long terme. Entre 2001 et 2010, le Canada était la huitième destination en importance pour les flux cumulatifs d’investissement étranger direct mondial.

Les solides principes économiques fondamentaux du Canada et ses avantages concurrentiels de classe mondiale en font une destination d’investissement de choix pour les investisseurs mondiaux. Ces avantages comprennent :

Une croissance économique forte : Tout au long du ralentissement économique mondial, le Canada s’est révélé être l’une des meilleures économies, laquelle offre des débouchés permettant de croître, d’innover et de réussir. Le Fonds monétaire international prévoit que le Canada affichera une croissance économique parmi les plus rapides des pays du G-7 en 2012. En outre, le Canada a affiché la croissance la plus rapide en matière d’emplois parmi les pays du G-7 depuis le milieu de 2009, récupérant entièrement tous les emplois qu’il avait perdus durant la récession.

De saines finances publiques : Le Canada est entré dans la récession mondiale fort d’une série de budgets équilibrés et d’une dette peu élevée. Il jouit de la meilleure position budgétaire du G-7, et ses perspectives financières sont parmi les plus prometteuses du G-20. Le Canada est en voie de rétablir l’équilibre budgétaire à moyen terme. Le ratio de la dette fédérale au PIB est demeuré inchangé à 33,9 p. 100 en 2010-2011, et on s’attend à ce que ce taux diminue pour s’établir à 31,7 p. 100 en 2015-2016.

La stabilité financière : La stabilité financière du Canada est soutenue par l’un des secteurs financiers les plus stables au monde, selon le Forum économique mondial. Alors que partout dans le monde, les institutions financières s’effondraient, aucune banque canadienne ni aucune société d’assurance n’a fait faillite. De plus, aucune n’a dû être renflouée. Selon le magazine Global Finance, 6 des 10 banques les plus sûres en Amérique du Nord sont canadiennes.

Des coûts de revient des entreprises et des impôts peu élevés : Le Canada offre un climat d’affaires accueillant à faible taux d’imposition. Le taux d’imposition général que le Canada applique aux nouveaux investissements des entreprises est considérablement moins élevé que celui des autres pays du G-7. Le taux général combiné fédéral-provincial d’imposition du revenu du Canada se chiffre à 26 p. 100, se situant en dessous de celui de la plupart des autres pays du G-7 et étant d’environ 13 points de pourcentage inférieur à celui des États-Unis. Le Canada est le premier pays du G-20 à offrir une zone libre de droits de douane pour les fabricants en éliminant les droits de douane sur les intrants manufacturiers, les machines et les équipements.

Un lieu par excellence pour la recherche et l’innovation : Le Canada est un milieu propice à la recherche et à l’innovation, notamment en raison d’une infrastructure de R-D de calibre mondial, des mesures fiscales incitatives et des chercheurs talentueux. Au sein du G-7, le Canada est le pays dont les dépenses engagées en R-D dans le secteur de l’enseignement supérieur sont les plus élevées, lorsqu’elles sont mesurées en proportion du PIB. Le Canada offre un des plus généreux programmes de stimulants fiscaux en R-D parmi les pays du monde industrialisé. Grâce aux crédits d’impôts fédéraux et provinciaux, les investisseurs étrangers peuvent épargner en moyenne 30 p. 100 sur leurs investissements en R-D au Canada.

Une main-d’œuvre concurrentielle : Le Canada possède une main-d’œuvre très instruite, polyvalente et multiculturelle qui cadre parfaitement avec l’actuelle économie du savoir. Il possède l’une des mains-d’œuvre les plus qualifiées au monde et la deuxième proportion en nombre de diplômés postsecondaires parmi les membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Selon le Forum économique mondial, le Canada se classe au deuxième rang du G-7 et au quatrième rang mondial pour la qualité de ses écoles de gestion.

Un endroit idéal où vivre, étudier et travailler : La grande qualité de vie du Canada offre un contexte très favorable au succès des personnes, des familles et des entreprises ayant des ramifications internationales. Selon l’index « Vivre mieux » de l’OCDE, le Canada se classe au premier rang du G-7 et au deuxième rang des États membres de l’OCDE sur le plan de la qualité de vie. Selon l’Economist Intelligence Unit, Vancouver, Toronto et Calgary se classent parmi les cinq villes en tête sur le plan de la qualité de vie.

Une porte d’entrée sur le monde : Grâce au temps de navigation le plus court entre l’Amérique du Nord et l’Asie, le Canada offre un accès garanti au fructueux marché nord-américain, formé de près de 450 millions de consommateurs. Le Canada possède des ports internationaux importants sur la côte de l’Atlantique et sur celle du Pacifique (Halifax, Vancouver et Prince Rupert), ainsi que sur la Voie maritime du Saint-Laurent et des Grands Lacs (Montréal). Dix-sept des vingt plus grandes villes canadiennes sont situées à moins de 90 minutes de route de la frontière des États-Unis.

Pour en savoir davantage à ce sujet, prière de consulter la page Investir au Canada.

Date de modification :