Communiqué de presse Article provenant de  Agence spatiale canadienne

Archivé - Capteur microbolométrique canadien : un regard nouveau sur les océans, les incendies et les volcans

Contenu archivé

L'information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Longueuil, Québec, le 10 juin 2011 –Le Programme canadien d’observation de la Terre a atteint un nouveau sommet aujourd’hui alors qu’on a procédé au lancement du 4e Satélite de Aplicaciones cientificas (SAC-D) argentin à bord d’une fusée Delta II.

Le nouvel instrument à infrarouge NIRST (pour New InfraRed Sensor Technology), mis au point conjointement par le Canada et l’Argentine, évoluera en orbite basse avec sept autres instruments au cours d’une mission de cinq ans entreprise en partenariat international.

L’instrument NIRST saisira les températures à la surface de l’océan et d’événements à température élevée, comme les feux de forêt et les activités volcaniques.

Les capteurs à microbolomètres, qui sont au cœur de l’instrument NIRST, ont été étudiés et conçus dans le cadre de travaux de recherche-développement menés à l’Agence spatiale canadienne (ASC) et ils ont été micro-usinés et spatioqualifiés par la société INO installée à Québec.

L’instrument NIRST a été choisi pour cette mission d’observation de la Terre par le biais d’une entente entre l’Agence spatiale canadienne et la CONAE (Comision Nacional de Actividades Espaciales) de l’Argentine. En fournissant les capteurs et le matériel électronique connexe, l’ASC obtient un historique de vol pour cette nouvelle technologie canadienne et un accès aux données captées par les huit instruments à bord de l’engin spatial SAC-D.

« Le Canada abrite environ 10 % des forêts du monde, et je suis fier que nous ayons pu développer et fournir notre technologie de capteur infrarouge. Il s’agit d’une solution spatiale unique et reconnue pour la surveillance des feux de forêt et des polluants libérés dans l’atmosphère de même que pour le suivi par télédétection thermique d’autres événements menaçants, » a déclaré le président de l’ASC Steve MacLean.

En effet, l’instrument NIRST constitue un nouvel outil pour surveiller, depuis l’espace, les feux de forêt et mesurer en temps opportun la quantité de carbone libéré par les incendies. Le Canada, à titre de signataire de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, est fermement engagé envers ce processus. La technologie canadienne des capteurs permettra aux scientifiques de mieux étudier les répercussions des feux de forêt et d’autres changements naturels ou anthropiques sur l’environnement à l’échelle de la planète.

Grâce à la licence d’utilisation de la technologie des capteurs accordée récemment par l’ASC, INO est présentement l’unique fournisseur mondial de matrices linéaires de microbolomètres aptes au vol. La CONAE a accordé à INO un important contrat pour la fabrication des caméras principales de l’instrument NIRST. De plus, INO a décroché des contrats pour la construction et la fourniture de capteurs à microbolomètres à la mission EarthCARE de l’Agence spatiale européenne (ESA) et à l’Agence spatiale indienne (ISRO).

- 30 -

Renseignements :
Agence spatiale canadienne
Bureau des relations avec les médias
Téléphone : 450-926-4370
media@asc-csa.gc.ca


Recherche d'information connexe par mot-clés

Agence spatiale canadienne Sciences et technologie

Date de modification :