Communiqué de presse Article provenant de  Emploi et Développement social Canada

Archivé - Le gouvernement du Canada protège des emplois grâce au travail partagé : Le Plan d'action économique du Canada prolonge et améliore le programme afin de réduire l'incidence de la récession sur les travailleurs

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

MISSISSAUGA (ONTARIO), le 9 avril 2010 - La ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, l'honorable Diane Finley, a annoncé aujourd'hui que le gouvernement du Canada améliore le programme de Travail partagé. Prenant la parole devant les employés de Mascot Truck Parts, la ministre Finley a souligné l'appui accordé aux travailleurs canadiens dans le cadre du budget axé sur la croissance et l'emploi du gouvernement grâce aux améliorations apportées au programme de Travail partagé. Celles-ci permettront à un plus grand nombre de Canadiens de continuer à travailler pendant que les entreprises connaissent un ralentissement temporaire de leurs activités.

« Bien que l'économie canadienne s'améliore, la reprise économique n'est toujours pas complète et de nombreux Canadiens ont encore besoin de notre aide, a déclaré la ministre Finley. C'est pourquoi notre gouvernement prend des mesures concrètes pour aider les entreprises à éviter des mises à pied et conserver des emplois. »

Dans le budget de 2010, afin de tenir compte de l'incertitude à laquelle font face de nombreuses entreprises, le gouvernement a prolongé les mesures instaurées pour améliorer le programme de Travail partagé pendant la première année du Plan d'action économique du Canada. Toujours dans le cadre du budget de 2010, les employeurs ayant un accord de travail partagé en vigueur ou récemment venu à échéance auront également droit de prolonger ces accords jusqu'à 26 semaines, jusqu'à un maximum de 78 semaines. Ces deux améliorations seront en vigueur jusqu'au 2 avril 2011.

Le travail partagé permet aux employeurs de conserver leurs employés et d’éviter ainsi d’avoir à recruter et à former de nouveaux employés, une démarche coûteuse. Les employés, de leur côté, peuvent continuer de travailler et conserver leurs compétences. Au 28 mars 2010, on comptait près de 5 500 accords de travail partagé à l’échelle du pays, auxquels prenaient part près de 135 000 Canadiens. Depuis février 2009, le programme a contribué à protéger les emplois deplus de 225 000 Canadiens. Un grand nombre des accords de travail partagé prennent fin plus tôt que prévu à mesure que les entreprises, comme Mascot Truck Parts, se rétablissent et reprennent leurs activités normales.

« Grâce à l'appui du programme de Travail partagé, notre avenir est prometteur, a dit le président de l'entreprise, M. Glenn Hanthorn. Le travail partagé nous a permis d'éviter les mises à pied et de garder notre personnel formé et expérimenté, ce qui nous donne une longueur d'avance maintenant que l'économie se redresse. »

Exemples de réussites du travail partagé

Michelin Canada

Michelin Canada a récemment célébré 40 années d'activités de fabrication en Nouvelle‑Écosse. Grâce au soutien du programme de Travail partagé du gouvernement du Canada, la relation entre l'un des plus importants fabricants de pneus au monde et les Néo‑Écossais se poursuivra pendant encore de nombreuses années. Pour faire face à la récente récession, l'entreprise a signé au printemps 2009 un accord de travail partagé visant plus de 500 employés de son installation de Waterville pour une période de 34 semaines.

Depuis qu'a cessé l'accord de travail partagé à son installation de Waterville, Michelin Canada a mis fin au gel de l'embauche et a engagé 40 nouveaux employés pour ses usines en Nouvelle-Écosse. En outre, l'entreprise a l'intention d'en recruter d'autres pour combler les postes laissés vacants en raison du gel de l'embauche.

Northern Uniform Service

Northern Uniform Service, située à Sudbury (Ontario), œuvre dans l'industrie de la buanderie comme commerçant et grossiste en Ontario depuis 1901. Pour pouvoir poursuivre ses activités pendant plus de 100 ans, l'entreprise a dû faire preuve de détermination et savoir s'adapter aux changements au fil du temps. Toutefois, comme pour bien d'autres entreprises, le ralentissement économique a nuit aux activités de Northern Uniform Service. Depuis avril 2009, près de 50 employés de l'entreprise bénéficient du programme de Travail partagé.

MODUS Modular Structures Inc.

MODUS Modular Structures Inc., une entreprise de Swift Current (Saskatchewan), est un chef de file en matière de structures modulaires à haut rendement. Ses structures sont utilisées par des écoles, le secteur des télécommunications et l'industrie pétrolière et gazière dans des centaines d'endroits partout au Canada. L'accord de travail partagé de l'entreprise a été en vigueur de juillet à décembre 2009. Au départ, il devait durer 52 semaines, c'est‑à‑dire jusqu'à la fin de juillet 2010, mais MODUS a pu reprendre sa production normale plus tôt et mettre fin à l'accord avant la date prévue.

- 30 -

Ce communiqué est offert, sur demande, en médias substituts.

Renseignements supplémentaires (médias seulement) :

Michelle Bakos
Attachée de presse
Cabinet de la ministre Finley
819-994-2482

Bureau des relations avec les médias
Ressources humaines et
Développement des compétences Canada
819-994-5559

Document d'information

Le programme de Travail partagé vise à aider les entreprises qui font face à un ralentissement temporaire de leurs activités à éviter des mises à pied. À cette fin, il offre des prestations, aux termes de la partie I de l'assurance‑emploi, aux travailleurs qui consentent à réduire la durée de leur semaine de travail en attendant que les activités de leur employeur reprennent.

Pour être admissible au programme de Travail partagé, l'employeur doit exercer ses activités au Canada depuis au moins 2 ans et être en mesure de démontrer que la réduction des heures de travail est temporaire et inévitable et qu'il ne s'agit pas d'une situation cyclique. Il doit produire un plan de redressement des activités décrivant les mesures qui seront prises pour assurer la continuité des activités durant la période visée par l'accord et redresser sa situation lorsque l'économie reprendra de la vigueur.

Les accords de travail partagé ont une durée minimum de 6 semaines. Dans le cadre de la deuxième année du Plan d'action économique du Canada, le budget de 2010 a prévu l'offre de 26 semaines additionnelles aux employeurs dont l'accord de travail partagé est en vigueur ou a récemment pris fin. Ces prolongations doivent se terminer au plus tard le 2 avril 2011.

Dans le cas de nouveaux accords de travail partagé qui commencent le 4 avril 2010 ou après, la durée maximale de l'accord est de 26 semaines au départ, mais peut être prolongée jusqu'à un maximum de 38 semaines. L'assouplissement des critères d'admissibilité sera maintenu jusqu'au 2 avril 2011.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le programme de Travail partagé, consulter le site www.servicecanada.gc.ca/travail_partage.

Date de modification :