Document d'information Article provenant de  Agence spatiale canadienne

Wayfinding : Une nouvelle expérience scientifique canadienne pour la Station spatiale internationale

L'Agence spatiale canadienne (ASC) investit dans une nouvelle expérience scientifique canadienne dénommée Wayfinding (orientation). Cette étude a pour but d'étudier les effets de l'espace sur le cerveau des astronautes avant et après une mission à bord de la Station spatiale internationale.

Le projet a été choisi à la suite d'un processus lancé par l'ASC et par l'International Space Life Sciences Working Group, groupe formé de représentants de l'ASC, de la NASA, de l'Agence spatiale européenne, de l'Agence japonaise d'exploration spatiale, du Centre aérospatial allemand, du Centre national d'études spatiales et de l'Agence spatiale italienne.

Nom complet de l'expérience

Effets des vols spatiaux de longue durée sur le sens de l'orientation humaine : mécanismes comportementaux et neuraux (Wayfinding)

Chercheur principal

Dr Giuseppe Iaria
Université de Calgary

Description et objectifs de l'expérience

Dans l'espace, sans les indices que fournit la gravité terrestre, le corps et le cerveau des astronautes s'adaptent aux divers changements. L'un de ces changements influe sur la capacité d'orientation des astronautes, ce qui peut réduire leur performance au cours des deux ou trois premières semaines à bord de la Station spatiale internationale et nuire à leur orientation spatiale au cours de tâches complexes, par exemple des tâches liées à la robotique.

Au cours de cette étude qui devrait débuter en 2018, le Dr Iaria étudiera l'impact d'un long séjour dans un environnement microgravitationnel sur les mécanismes comportementaux et neurologiques de l'orientation chez les astronautes. Il évaluera aussi à quel point les changements cognitifs et neurologiques persistent chez les astronautes après leur retour sur Terre.

Tenue de l'étude

Le Dr Iaria et son équipe souhaitent recruter 12 astronautes provenant du monde entier. Ils effectueront des tests avant et après le vol spatial, notamment des tests d'imagerie par résonance magnétique, des évaluations neuropsychologiques et des évaluations de la capacité d'orientation.

Applications sur Terre

Les résultats de l'expérience aideront les astronautes à mieux se préparer aux vols spatiaux et à mieux se rétablir par la suite. Ils nous permettront aussi d'en apprendre davantage sur le rôle de l'information vestibulaire et proprioceptive dans l'orientation humaine et sur la fonction du cerveau dans ce comportement complexe.

L'étude nous aidera aussi à mieux comprendre diverses affections qui influent sur le mouvement, la posture et la capacité d'orientation spatiale des personnes sur Terre souffrant de dysfonction vestibulaire, en plus de contribuer à leur traitement. La caractérisation des changements neurologiques après une exposition à la microgravité pourrait aussi fournir des renseignements utiles pour la mise au point de programmes d'orientation pour les personnes qui présentent une dégénérescence neurale liée à l'âge.


Recherche d'information connexe par mot-clés

Agence spatiale canadienne Sciences et technologie

Date de modification :