Communiqué de presse Article provenant de  Défense nationale et les Forces armées canadiennes

Un militaire libéré par les autorités japonaises rentre au Canada

Le 25 mars 2016 – Esquimalt (C.-B.) – Défense nationale/Forces armées canadiennes

Un matelot de la Marine royale canadienne (RCN) qui a été reconnu coupable de consommation d’une substance contrôlée au Japon a été libéré et est retourné au Canada. Le matelot, qui était détenu au Japon depuis le début février, a été libéré avec sursis. Il est retourné le 25 mars.

Le 1er février 2016, trois membres de l’équipage du NCSM Winnipeg ont été placés en détention par les autorités japonaises pendant que le navire faisait escale à Tokyo (Japon). Ces membres de l’équipage, deux miliaires et un civil, ont été mis en détention en raison d’allégations de consommation d’une substance contrôlée. L’un des militaires a été libéré sans avoir été inculpé par la police, tandis que les deux autres personnes sont demeurées en détention et ont été accusées de consommation d’une substance contrôlée par la police de Tokyo.

L’employé civil demeure détenu en attendant d’obtenir une audience devant un juge. Aucun renseignement supplémentaire ne peut être divulgué à l’heure actuelle relativement à cette affaire.

En bref

  • La MRC a offert son soutien à ceux qui ont été détenus dès qu’elle a eu vent de l’incident en février dernier. Notre position a toujours été de s’occuper d’abord de ceux qui sont directement impliqués et de leur famille le mieux possible, vu les circonstances; c’est ce que nous avons fait, et c’est ce que nous continuerons de faire à l’avenir.
  • La MRC, et les Forces armées canadiennes (FAC) dans leur ensemble ont une politique de tolérance zéro en ce qui concerne la possession et la consommation de drogue illicite.
  • Le gouvernement du Canada et les FAC se sont engagés à veiller à la santé et à la préparation mentale des militaires. La consommation de drogue nuit à la disponibilité opérationnelle, à la santé et à la sécurité des militaires et du public, à la sécurité des établissements et des renseignements de défense, à la fiabilité des militaires, de même qu’à la discipline, la cohésion et le moral au sein des FAC.
  • Les FAC se sont dotées d’un vaste programme de contrôle des drogues, divisé en quatre volets : l’éducation, le dépistage, le traitement et la réadaptation.
  • Les FAC ont pour principe de favorise un milieu de travail sans drogue, et la grande majorité des militaires respectent cette norme.
  • Les militaires des FAC sont tenus de respecter les normes les plus strictes sur le plan du professionnalisme et de la conduite, et sont assujettis aux lois canadiennes, y compris la Loi réglementant certaines drogues et autres substances, le Code criminel et le Code de discipline militaire, qui est enchâssé dans la Loi sur la défense nationale

Citation

« La Marine royale canadienne a offert son soutien aux détenus depuis qu’elle a été informée de l’incident au mois de février dernier. Nous examinons cette affaire pour déterminer si d’autres mesures disciplinaires s’imposent. La consommation de drogue n’est pas tolérée dans nos rangs, point à la ligne. Non seulement c’est illégal, mais cela peut aussi mettre des vies en danger dans notre milieu de travail. Ce message doit résonner très clairement, une fois pour toutes. » 

-- Le capitaine de frégate Jeff Hutchison, commandant du NCSM Winnipeg

- 30 -

Point de contact

Affaires publiques de la Marine
Quartier général des Forces maritimes du Pacifique
Téléphone : 250-363-5789
Après les heures d’ouverture : 250-888-6775
Courriel : marpac@shaw.ca


Recherche d'information connexe par mot-clés

Défense nationale et les Forces armées canadiennes Histoire et science militaire

Date de modification :