Discours Article provenant de  Affaires mondiales Canada

Discours du ministre Dion sur les changements climatiques, l'égalité des sexes et les droits des femmes et des filles

Comment s’attaquer efficacement aux questions de l’égalité des sexes et des droits des femmes et des filles tout en luttant contre les changements climatiques

Le 1er mars 2016 - Genève, Suisse

Sous réserve de modifications. Ce discours a été traduit en conformité avec la Politique sur les langues officielles et révisé aux fins d’affichage et de distribution conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada.

À Paris, en décembre 2015, les pays du monde entier ont finalement convenu de s’attaquer aux changements climatiques. Ils se sont engagés à agir de manière à ce que, plus tard au cours du présent siècle, l’humanité n’exerce plus d’effets négatifs sur le climat.

Ce sera un cheminement long et difficile, car nous devrons transformer radicalement nos économies pour les rendre aussi carboneutres que possible.

Les gouvernements et les autres secteurs de nos sociétés devront agir sur tous les fronts : le logement, les transports, la gestion des ressources naturelles, l’agriculture, l’industrie, les marchés publics, le commerce, le développement et ainsi de suite.

Les pays développés devront aider les pays en développement à faire face au défi que posent les changements climatiques. Tous les pays ont le droit de se développer, et ce développement peut et doit reposer sur l’accès à des technologies énergétiques propres.

Les changements climatiques ne représentent pas qu’un défi : ils offrent aussi des possibilités historiques, soit celles de mettre sur pied une économie durable fondée sur des technologies propres, des infrastructures vertes et une croissance écologique.

Ils nous donnent aussi l’occasion de créer une société plus inclusive.

Les changements climatiques touchent les populations les plus vulnérables.

Les femmes, qui sont souvent déjà dans des situations précaires dans leurs propres sociétés, subissent de façon disproportionnée les effets négatifs des changements climatiques.

Les femmes disposent d’un pouvoir décisionnel limité et d’un accès tout aussi limité aux ressources matérielles, sociales, politiques et financières dans de nombreuses régions du monde, ce qui alourdit leur fardeau.

Par exemple, les femmes et les filles sont les principales productrices des cultures vivrières du monde, mais elles subissent la discrimination sous de multiples formes, par exemple un accès inégal aux terres, au crédit et à l’information.

Les femmes et les filles sont également confrontées à un stress hydrique croissant. Principales responsables de la collecte de l’eau, elles doivent y consacrer de plus en plus de temps et aller la quérir de plus en plus loin, ce qui leur laisse moins de temps pour aller à l’école et mener des activités leur permettant de gagner un revenu.

Cela renforce le besoin de défendre le droit de chaque être humain d’avoir accès à de l’eau potable en quantité suffisante ainsi qu’à des services d’assainissement adéquats.

Les politiques, les initiatives et les plans nationaux sur les changements climatiques doivent tenir compte de l’égalité des sexes et être inclusifs. Nous devons mener une analyse comparative entre les sexes pour nous assurer que les besoins, les priorités et les intérêts des femmes et des filles sont répertoriés et pris en compte.

L’Accord de Paris fait sienne cette stratégie et la présente de façon originale. Dans le préambule, on demande aux Parties de respecter et de promouvoir les droits de la personne, l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles au moment de prendre des mesures visant à lutter contre les changements climatiques.

Les femmes peuvent être de puissants agents de changement, et leur leadership de même que leur participation à tous les niveaux du processus décisionnel sont essentiels pour mener à bien quelque plan que ce soit.

Comme en font foi les éminents experts présents aujourd’hui, le Conseil des droits de l’homme, ici à Genève, offre une convergence unique d’expertise pour ce qui est des politiques et des programmes relatifs à l’égalité des sexes et aux changements climatiques. Nous sommes bien outillés pour trouver des moyens efficaces de relever ce défi commun aux multiples facettes.

Je me réjouis à l’idée de participer à la discussion d’aujourd’hui et j’espère que nous serons en mesure de formuler des recommandations concrètes pour veiller à ce que les droits de la personne — et plus précisément l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles — orientent les politiques et les mesures internationales, régionales et nationales visant à lutter contre les changements climatiques.

Contacts

Le Service des relations avec les médias
Affaires mondiales Canada
343-203-7700
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @CanadaPE
Aimez-nous sur Facebook : La politique étrangère du Canada - Affaires mondiales Canada


Recherche d'information connexe par mot-clés

L'hon. Stéphane Dion Affaires mondiales Canada Gouvernement et vie politique

Date de modification :