Discours Article provenant de  Sécurité publique Canada

Notes d'allocution pour le ministre Goodale pour l'ouverture de la Table ronde nationale sur le trouble de stress post-traumatique

Regina (Saskatchewan)
Le 29 janvier 2016

Priorité au discours prononcé

Bonjour à tous. Bienvenue à l’Université de Regina, située au cœur de la circonscription de Regina‑Wascana, et bienvenue à cette Table ronde nationale sur le trouble de stress post‑traumatique – surtout celui qui touche les premiers répondants courageux au service de toutes nos collectivités.

Je tiens à tous vous remercier d’être ici ce matin. Le calibre des participants est très élevé. Je vous remercie de bien vouloir être ici. Et, d’entrée de jeu, je dois m’excuser de ne pas être parmi vous.

Comme vous le savez, les premiers ministres Trudeau et Wall se trouvent à La Loche aujourd’hui, afin de rencontrer et d’écouter les habitants de cette communauté en deuil au lendemain de la fusillade tragique qui a occasionné la perte de quatre vies précieuses il y a à peine une semaine aujourd’hui et qui a fait sept blessés graves. La guérison est difficile.

Je dois également me trouver à La Loche, avec plusieurs autres ministres fédéraux et provinciaux du Conseil des ministres. J’espère que vous comprendrez.

Je ne parlerai jamais assez du travail extraordinaire qu’accomplissent les premiers répondants dans cette collectivité – la GRC, les travailleurs de la santé et d’autres – qui, en plus de répondre rapidement à la crise initiale, ont aussi contribué à maintenir la sécurité et la stabilité publiques au moment où la collectivité se trouvait en état de choc.

Leurs emplois sont tellement cruciaux et, trop souvent, ils n’ont pas accès aux systèmes de ressources et de soutien requis pour les aider à surmonter les traumatismes qu’ils vivent dans le cadre de leur travail.

Vous êtes donc ici aujourd’hui pour parler du problème très réel de le TSPT et de ce que nous pouvons faire afin d’offrir à nos premiers répondants le soutien dont ils ont besoin.

Je tiens à remercier l’Université de Calgary de nous accueillir... afin d’amorcer une conversation nationale inclusive sur de meilleures façons de soutenir ceux qui nous protègent au péril de leur vie.

Comme bon nombre d’entre vous le savent, l’Université de Regina est à l’avant‑garde de la recherche universitaire sur le traitement de le TSPT chez les agents de sécurité publique au Canada. Vous en apprendrez plus au sujet du travail qu’elle accomplit plus tard, par le Dr Nicholas Carleton, chercheur principal.

Étant donné les événements parfois horribles dont les agents de sécurité publics peuvent être témoins ou qu’ils peuvent vivre dans le cadre de leur travail quotidien, nous savons tous qu’ils sont particulièrement exposés à le TSPT.

En ce qui concerne l’ampleur du problème, des statistiques tirées de quelques professions clés donnent une idée de la situation.  On estime qu’environ 16 à 24 p. cent des ambulanciers paramédicaux recevront un diagnostic de TSPT à un moment donné pendant leur carrière.1

Et nous savons que beaucoup l’endurent en silence – sans avoir reçu un diagnostic et ne sachant pas trop vers qui se tourner.

En plus de faire des ravages chez les agents de sécurité publique eux‑mêmes, le TSPT touche également leurs familles et leurs amis, l’organisation dont ils sont au service et, de façon plus générale, la résilience de nos collectivités.

Chez certains, les symptômes persistent pendant plusieurs semaines, voire des mois; mais, de nombreux autres peuvent éprouver des difficultés pendant des années. Sans oublier que le TSPT peut entraîner des problèmes connexes, comme la dépression, l’anxiété ou la toxicomanie.

En tant que député, j’ai entendu à maintes reprises la communauté de la sécurité publique affirmer qu’il faut en faire plus pour ceux qui sont dans la souffrance... et dans les domaines de l’éducation et de la prévention.

Je crois depuis fort longtemps que nous devons en faire plus pour ceux qui mettent leur vie en jeu pour protéger les Canadiens et les garder en sécurité.

En tant que ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, je suis ravi de pouvoir les aider à obtenir ce qu’ils méritent d’aussi plein droit – le niveau le plus élevé de soutien et de soins. Je sais que vous partagez tous cette passion.

Nous sommes tous concernés. Le gouvernement du Canada ne peut le faire seul.

L’élaboration d’un plan d’action national sur le TSPT doit s’ancrer dans une approche coordonnée et fondée sur des éléments probants, à laquelle tous les intervenants touchés participent.

Nous avons besoin des plus récentes recherches sur le sujet. Nous avons besoin d’obtenir les expériences personnelles de ceux qui accomplissent ces emplois difficiles. Nous devons faire en sorte que notre planification répond aux besoins des premiers répondants qui sont sur appel tous les jours afin de nous protéger. Et nous devons avoir une conversation ouverte et inclusive sur le TSPT, qui contribuera peut‑être à atténuer la stigmatisation sociale connexe.

Je veux que vous présentiez vos conseils pratiques les plus précis.

Qu’est‑ce qui est en place à l’heure actuelle? Qu’est‑ce qui fonctionne et qu’est‑ce qui ne fonctionne pas? Comment pouvons‑nous faire fond sur nos réussites? Quelle est la meilleure façon de concevoir un plan d’action national coordonné sur le TSPT afin de soutenir la santé et le bien‑être mentaux des premiers répondants?

Je travaillerai avec ma collègue Jane Philpott, ministre fédérale de la Santé, le premier ministre Trudeau nous ayant donné des instructions précises pour nous attaquer à cet enjeu – en collaboration avec chacun de vous.

Aucun gouvernement n’a de responsabilité plus importante que celle de veiller à la sûreté et à la sécurité de ses citoyens. Afin de nous acquitter de cette responsabilité, nous devons cultiver une communauté de la sécurité publique forte, saine et résiliente. Les premiers répondants sont aux premières lignes.

Et le fait d’avoir un plan d’action national sérieux sur le TSPT nous permettra de les aider à tous nous garder en sécurité.

Je vous remercie de votre attention et de votre soutien.

  • 1

    Le Fonds de commémoration Tema Conter


Recherche d'information connexe par mot-clés

L'hon. Ralph Goodale Sécurité publique Canada Santé et sécurité

Date de modification :