Discours Article provenant de  Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes

Mot d'ouverture par Jean-Pierre Blais à l'audience publique à propos de la télévision locale et communautaire

Bonjour à tous et à toutes. Je vous souhaite la bienvenue à cette audience publique.

Je tiens à reconnaître que nous sommes réunis aujourd'hui sur le territoire traditionnel des Premières Nations. Je remercie le peuple Algonquin et rends hommage à leurs aînés.

Au cours de la présente audience, le CRTC se penchera sur la télévision la plus proche des Canadiens, soit la télévision locale et communautaire.

Grâce à cette programmation, les Canadiens ont accès aux nouvelles et aux actualités locales qui les tiennent informés sur des sujets et des événements qui sont de pertinence dans leur communauté. Ils sont ainsi exposés à des points de vue locaux et à des émissions créatives dont le contenu reflète la communauté dans laquelle ils vivent. Ce type de programmation favorise le processus démocratique en tenant les citoyens informés et engagés.
En 2013, le CRTC a amorcé l’instance Parlons télé, un processus d’envergure au cours duquel les Canadiens se sont prononcés sur leur système de télévision. C’est lors de cette instance que le CRTC a identifié divers enjeux auxquels la télévision locale et la télévision communautaire sont confrontées, dans un environnement médiatique de plus en plus éclaté.

En effet, force est de constater que le monde de la télévision et du contenu audiovisuel a beaucoup changé. Les Canadiens ont de plus en plus recours à multiples plateformes afin de s’informer, se divertir et pour diffuser leur propre contenu. Les nombreux changements qui ont lieu dans le monde des médias récemment, comme l’adoption de versions électroniques de journaux ou les remaniements de ressources vers les plateformes en ligne, font foi de cette nouvelle réalité.

Au cours des dernières années, les revenus découlant des nouvelles locales télévisées ne suffisent pas à couvrir les coûts qui leur sont associés. Cette tendance assujettit les radiodiffuseurs soucieux de maintenir une programmation de grande qualité à une pression additionnelle. Rappelons que l'offre d’émissions de nouvelles et d’information locales est une exigence de service public imposée aux stations de télévision commerciales en échange du privilège d'utiliser les ondes publiques afin d’y diffuser des émissions.

Questions d’importance

Le CRTC entend discuter, lors de cette audience, d’approches d’avenir afin que les nouvelles locales et la programmation d’accès communautaire desservent adéquatement les citoyens Canadiens, mais aussi qu’elles s’adaptent à la multitude de plateformes en cette ère numérique.

De plus, il est important de garder en tête l’importance des nouvelles locales aux yeux des Canadiens. En effet, un sondage effectué dans le cadre de Parlons télé a révélé que 81 % des Canadiens accordent une grande valeur aux nouvelles locales.

L’avenir de la télévision locale et communautaire soulève donc plusieurs passions et plusieurs questions. Comme vous le savez, le CRTC n’intervient que lorsque c’est absolument nécessaire de le faire. Vous l’avez constaté autant que nous, cette révision est opportune et nécessaire.

Au cours de cette audience, le CRTC veut aborder certains sujets avec les intervenants afin de garder les yeux fixés vers l’avenir pour donner un souffle nouveau à cette importante programmation. Voici donc, certaines questions que mes collègues et moi-même soulèverons avec les intervenants.

Premièrement :
Puisque le modèle économique pour la production d’émissions de nouvelles et d’information locales est sous pression, le CRTC devrait-il intervenir dans le but d’assurer la production et la viabilité à long terme de ces émissions? Dans l’affirmative, quel(s) type(s) d’intervention le CRTC devrait-il mettre en œuvre?

Deuxièmement :
La technologie numérique joue de plus en plus le rôle de l’élément communautaire traditionnel en accordant aux Canadiens de multiples occasions de produire et diffuser du contenu eux-mêmes pour leur collectivité, et ce, à très faible coût. Est-il encore pertinent et nécessaire que le CRTC intervienne afin d’assurer aux Canadiens l’accès à l’élément communautaire du système de radiodiffusion traditionnel? Dans l’affirmative, quel(s) type(s) d’intervention devrait continuer ou émerger?

Troisièmement :
Les contributions financières à l’expression locale augmentent depuis plusieurs années, et ce, malgré les pertes encourues par les services de nouvelles locales. Comment les ressources actuelles pourraient-elles être réparties entre l’élément communautaire et les stations de télévision locale afin de maximiser les bénéfices pour les Canadiens?

Avec ces questions en tête, je veux aussi diriger votre attention sur deux propositions dont nous voulons discuter et qui sont élaborées dans un document de travail que le CRTC a publié, le 12 janvier dernier, afin de stimuler les discussions.

La première proposition concerne la création d’un fonds pour financer les nouvelles locales. La seconde consiste à inciter la diffusion de nouvelles locales professionnelles sur les canaux communautaires dans les marchés sans station de télévision traditionnelle. Ces deux propositions feront évidemment l’objet de discussions au cours de l’instance, mais nous sommes également intéressés à entendre d’autres propositions. 

Participation du public 

De toute évidence, le présent processus ne connaîtrait pas le succès désiré, pas plus qu’il ne serait efficace, sans la participation des Canadiens de tous âges, de toutes origines et de l’ensemble du pays. Après tout, le CRTC prend des décisions éclairées, fondées sur des preuves et des dossiers publics exhaustifs. Je voudrais remercier chacun et chacune d’avoir participé à ce processus jusqu’à maintenant, et je profite de l’occasion pour solliciter à nouveau les commentaires.

Le CRTC invite donc les Canadiens à partager, sur un forum de discussion en ligne au crtc.gc.ca, leur opinion à propos des approches proposées dans le document de travail et de tout autre sujet traité lors de l’audience. Celui-ci est accessible depuis le 12 janvier et le sera jusqu’au 3 février prochain, soit la dernière journée de la présente audience.  

Processus 

Finalement, je voudrais faire quelques présentations.

Le panel se compose des personnes suivantes : 

  • Candice Molnar, conseillère régionale du Manitoba et de la Saskatchewan; 
  • Stephen Simpson, conseiller régional de la Colombie-Britannique et du Yukon; 
  • Yves Dupras, conseiller régional du Québec; 
  • Christopher MacDonald, conseiller régional de l’Atlantique et du Nunavut; 
  • et moi-même, Jean-Pierre Blais, président du CRTC. Je présiderai cette audience. 

L’équipe du Conseil qui nous assiste comprend : 

  • Guillaume Castonguay et Jean-Pierre Lefebvre, cogestionnaires de l’audience;
  • Shari Fisher et Megan Maloney, notre équipe juridique pour l’audience; et
  • Jade Roy, secrétaire de l’audience.

J’invite maintenant la secrétaire de l’audience à expliquer la procédure que nous suivrons.

Madame la Secrétaire…


Recherche d'information connexe par mot-clés

Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes Économie et industrie

Date de modification :