Discours Article provenant de  Innovation, Sciences et Développement économique Canada

Conférence nationale d'Actua de 2016

Notes d'allocution

L'honorable Kirsty Duncan, C.P., députée
Ministre des Sciences

Ottawa (Ontario)

Le 22 janvier 2016

La version prononcée fait foi


Bonjour à tous et bienvenue à Ottawa! C'est un grand honneur d'être parmi vous pour donner le coup d'envoi de la conférence nationale d'Actua de 2016.

Je félicite la directrice générale d'Actua, Jennifer Flanagan, ainsi que les membres de son équipe pour l'organisation de cette rencontre qui s'annonce très prometteuse!

Actua est un organisme exceptionnel qui accomplit de grandes choses. J'adore le fait que des femmes y occupent un grand nombre de postes de direction!

Mesdames et Messieurs, au cours des prochains jours, vous vivrez une expérience inspirante. Vous écouterez des présentations de leaders d'opinion. Vous échangerez avec des personnes qui ont la même passion que vous — cette passion que nous avons en commun.

Que ayons un rôle à jouer en éducation, en affaires ou dans un autre domaine, nous voulons tous que les jeunes, et particulièrement les jeunes femmes, se tournent vers les sciences, la technologie, l'ingénierie et les mathématiques.

C'est le but d'Actua, et c'est l'une de mes priorités. J'ai consacré les 25 dernières années à travailler auprès des jeunes afin de susciter leur intérêt pour les sciences, la technologie, l'ingénierie et les mathématiques, et leur intérêt pour les emplois dans ces domaines. 

Je continue de lutter pour faire changer les choses. Je ne veux pas que les jeunes filles et les femmes d'aujourd'hui soient confrontées aux mêmes obstacles que j'ai dû surmonter.

Je trouve regrettable que les femmes n'occupent que 22 % des emplois en sciences, en technologie, en ingénierie et en mathématiques au Canada. Ce taux s'établissait à 20 % en 1987. Il n'a donc augmenté que de 2 % en près de 30 ans.

Ce pourcentage est loin de me satisfaire. À mes yeux, il indique clairement que nous devons faire mieux et que nous avons du pain sur la planche.

C'est important parce que les sciences, la technologie, l'ingénierie et les mathématiques sont au nombre des secteurs où les travailleurs sont les mieux rémunérés. Le déséquilibre actuel ne fait qu'exacerber l'écart salarial entre les hommes et les femmes.

Je trouve donc indispensable qu'on fasse augmenter la participation des jeunes femmes aux activités éducatives de nature scientifique. Pour que notre pays continue de réussir, il faut que nos jeunes filles soient mieux renseignées au sujet des carrières en sciences.

Je veux que les jeunes femmes d'aujourd'hui soient les Marie Curie de demain.

Il s'agit également de l'un des principaux buts de notre gouvernement. 

Je cite ce que le premier ministre a dit cette semaine lors de son passage au Forum économique mondial :

« Nous avons besoin de politiques qui encouragent la science, l'innovation et la recherche. […] La diversité est l'un des principaux moteurs de la créativité dans la Silicon Valley. Ses ingénieurs et entrepreneurs proviennent de partout dans le monde. Chacun amène une perspective différente. Et lorsque l'on réunit ces différentes façons de voir et de penser, la magie de la créativité humaine se met à l'œuvre. La diversité favorise l'émergence de nouvelles idées. Et ce sont ces idées qui amènent l'expérience nécessaire pour profiter de la quatrième révolution industrielle. »

Vous le savez aussi bien que moi : les sciences, la technologie, l'ingénierie et les mathématiques sont essentielles au maintien d'une économie du savoir prospère.

Nous voulons instaurer au Canada une culture scientifique plus foisonnante. Nous voulons que se tienne au pays un débat scientifique touchant à tous les horizons, et particulièrement aux transformations et aux découvertes qui auront un effet profond sur les Canadiens, sur notre pays et sur le monde entier.

Nous savons tous qu'un écosystème scientifique solide doit prendre ses assises sur les connaissances de nos jeunes en sciences, en technologie, en ingénierie et en mathématiques.

Ces connaissances permettent aux jeunes de se préparer à occuper les emplois de demain, qui seront axés sur le savoir.

En s'appuyant sur leurs bases en sciences, en technologie, en ingénierie et en mathématiques, nos jeunes leaders seront en mesure de créer, de découvrir et d'innover. Et l'ensemble de la population profitera des avantages socio-économiques qui en découleront.

Je veux insister sur le fait que j'accorde énormément d'importance aux jeunes et à leur éducation. Avant d'être élue, je consacrais ma vie à l'éducation. J'aimais beaucoup les étudiants. Mon plus grand plaisir était de les voir réaliser leurs rêves.

Vous devinez sans doute à quel point je suis enchantée d'être membre d'un gouvernement où les gens partagent ma passion pour la jeunesse et veulent que nos jeunes plongent dans les domaines scientifiques!

C'est un honneur pour moi d'avoir été nommée ministre des Sciences. Je suis la deuxième femme dont le titre ministériel comporte le mot « sciences » dans l'histoire du gouvernement du Canada. La première était l'incomparable Jeanne Sauvé. En 1974, le premier ministre Trudeau père l'avait nommée ministre d'État chargée des Sciences et de la Technologie.

Je crois que ma nomination met en lumière l'importance que notre gouvernement accorde aux sciences et au rôle que les femmes y jouent. Mais ce n'est pas tout.

Nous préconisons une culture où les jeunes participent activement à des activités scientifiques emballantes grâce à des programmes scientifiques comme PromoScience et Parlons Sciences.

Et nous continuerons à former, à attirer et à retenir au pays les jeunes chercheurs les plus prometteurs au monde, notamment par l'entremise des bourses Vanier et des bourses postdoctorales Banting.

Parlant d'excellence, je tiens à saluer les sept femmes extraordinaires qui ont été lauréates des bourses L'Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science cette semaine.

Les scientifiques contribuent à bâtir un avenir meilleur en effectuant des découvertes remarquables dans des domaines comme l'aérospatiale, l'astronomie, la biotechnologie, les technologies propres et la nanotechnologie.

J'ai hâte de travailler avec des organismes comme Actua afin d'aider nos jeunes — en particulier nos jeunes femmes — à s'intéresser aux sciences, à la technologie, à l'ingénierie et aux mathématiques. Les sciences offrent des possibilités passionnantes et amusantes, en plus de contribuer à relever les grands défis qui se posent pour le Canada.

Merci.


Recherche d'information connexe par mot-clés

L'hon. Kirsty Duncan Innovation, Sciences et Développement économique Canada Sciences et technologie Éducation et formation

Date de modification :