Communiqué de presse Article provenant de  Gouvernement du Canada

Archivé - « Je l'ai fait pour mon peuple. » – La Loi canadienne sur les droits de la personne expliquée par des leaders autochtones dans leur propre dialecte

Contenu archivé

L'information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 19 juin 2015 – Ottawa (Ontario) – Commission canadienne des droits de la personne

Pour renseigner davantage d’Autochtones du Canada sur leurs droits, la Commission canadienne des droits de la personne (CCDP) a produit des messages sur support vidéo. Diffusées en langues ojibwée, maskegon et déné, ces vidéos visent à aider les personnes qui subissent de la discrimination.

La CCDP a eu l’idée de produire ces vidéos notamment pour soutenir les efforts consacrés à préserver les langues autochtones, littéralement éteintes à cause des générations d’enfants envoyés dans les pensionnats indiens. La Commission de vérité et réconciliation a récemment lancé un appel pour la reconnaissance des droits linguistiques des Autochtones et pour d’autres mesures visant à préserver les langues autochtones.

Les vidéos ont été créées par Earthlore, une société autochtone de communications. Earthlore s’est adressée à des collectivités de partout au pays pour dénicher des gens capables d’expliquer les fondements de la Loi canadienne sur les droits de la personne dans des langues traditionnelles.

Wilmer Noganosh, aîné et ancien chef très respecté de la Première Nation de Magnetawan, est le narrateur de la version ojibwée. Quand on lui a demandé ce qui l’avait poussé à participer au projet, M. Noganosh a répondu : « Je l’ai fait pour mon peuple. »

Theresa Hall, première femme à être élue chef de la Première Nation d’Attawapiskat et première femme de la collectivité crie de la baie James à être nommée juge de paix, est la narratrice de la version maskegon.

Allan Adam, l’un des plus éminents experts canadiens de la langue traditionnelle déné, est le narrateur de la version dénée. Journaliste pendant 11 ans pour la chaîne radiophonique anglophone de Radio-Canada à La Ronge et à Yellowknife, il a aussi été choisi pour commenter les Jeux olympiques de 2010 en langue dénée pendant les bulletins de nouvelles nationaux d’APTN (le Réseau de télévision des peuples autochtones).

Les vidéos ont été mises en ligne sur la nouvelle chaîne YouTube de la CCDP.

Faits en bref

  • Selon le Recensement de la population de 2011 de Statistique Canada, il existe plus de 60 langues autochtones au Canada, regroupées en 12 familles distinctes, la plus importante étant celle des langues algonquiennes. 
  • En ce qui concerne la famille des langues algonquiennes, en 2011, les diverses langues cries (83 475 personnes) et la langue ojibwée (19 275 personnes) ont été mentionnées le plus souvent comme langue maternelle des répondants. Concernant la famille des langues athapascanes, le déné est la langue maternelle la plus courante (11 860 personnes). 

Citation

« Ces vidéos ne célèbrent pas uniquement ces trois langues traditionnelles, mais bien tous les dialectes autochtones sacrés que le système canadien de pensionnats indiens a mis à mal pendant plus d’un siècle. »

– Marie-Claude Landry, Ad. E., présidente de la Commission canadienne des droits de la personne

 

Liens connexes

Chaîne YouTube de la CCDP

Rapport sur les droits à l’égalité des Autochtones (CCDP, 2013)

 

Pour rester branché

Suivez-nous sur Twitter @DroitPersonneCa et Facebook.

Visionnez nos clips sur YouTube.

 

Coordonnées pour les médias

Relations avec les médias

613-943-9118

www.chrc-ccdp.gc.ca

Phot de video: « Je l'ai fait pour mon peuple. » – La Loi canadienne sur les droits de la personne expliquée par des leaders autochtones dans leur propre dialecte.

Recherche d'information connexe par mot-clés

L'hon. Peter MacKay Commission canadienne des droits de la personne Société et culture

Date de modification :