Discours Article provenant de  Innovation, Sciences et Développement économique Canada

Archivé - Annonce touchant la reconduite du financement et du mandat de CANARIE

Contenu archivé

L'information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Notes d'allocution

L'honorable Gary Goodyear, C.P., député
Ministre d'État (Sciences et Technologie)

Ottawa (Ontario)
Le 8 août 2012

La version prononcée fait foi


Merci de cette aimable présentation. Je remercie également l'Université d'Ottawa d'avoir organisé cet événement.

Je suis ravi d'être ici aujourd'hui pour souligner l'octroi de 62 millions de dollars à CANARIE, comme prévu au titre du Plan d'action économique de 2012.

Ce financement offrira certitude et stabilité de fonctionnement au réseau pour les trois prochaines années.

CANARIE est l'exemple parfait de l'infrastructure numérique de pointe à laquelle mon collègue, le ministre de l'Industrie Christian Paradis, fait souvent référence en parlant de l'économie numérique.

Grâce à sa toile de fibres optiques qui s'étend sur 19 000 kilomètres et qui dessert plus de 40 000 scientifiques, chercheurs et éducateurs dans l'ensemble du pays, CANARIE est une pierre d'assise pour les avancées en sciences, en soins de santé et dans d'autres disciplines importantes. Ces progrès améliorent notre santé, notre environnement, notre économie et notre avenir.

Je vous en donne un exemple. Vous avez certainement entendu parler de la récente percée en physique qui aurait permis de confirmer l'existence du boson de Higgs, une particule subatomique que l'on a aussi appelée « particule-dieu ».

Ce que vous ne savez peut-être pas, c'est que TRIUMF, le laboratoire national de physique nucléaire et de physique des particules du Canada, a contribué à cette découverte en analysant un volume colossal de données émanant du Grand collisionneur de hadrons, situé dans le laboratoire en Suisse où la découverte a eu lieu. Le fort volume de données, soit environ 8 pétaoctets (ou 8 millions de gigaoctets) par année, a été expédié aux scientifiques canadiens de TRIUMF par le truchement du réseau ultrarapide CANARIE.

Le Canada n'aurait pu prendre part à cette découverte remarquable sans CANARIE. Pour mettre les choses en perspective, en utilisant le réseau Internet commercial, il aurait fallu une journée entière pour transmettre une seule minute de données expérimentales émanant du Grand collisionneur de hadrons — et encore, le flux massif de données aurait peut-être entraîné une panne de réseau.

CANARIE possède la capacité de véhiculer de formidables masses de données, ce qui a aidé des scientifiques et des chercheurs canadiens œuvrant dans d'autres établissements à faire des découvertes importantes. Je pense notamment à Génome Canada; à NEPTUNE Canada, le laboratoire océanographique du Canada; et à SNOLAB, un laboratoire souterrain de physique des particules situé près de Sudbury, en Ontario, qui mène des recherches sur les neutrinos et la matière sombre.

Au-delà de son mandat fondamental en tant que réseau principal de recherche et d'éducation au pays, CANARIE appuie d'autres priorités du gouvernement, comme l'économie nationale et la compétitivité mondiale du Canada.

Le Canada continue d'accuser un retard par rapport à d'autres pays en ce qui concerne la recherche-développement (R-D) menée par les entreprises. Notre gouvernement travaille d'arrache-pied afin de corriger la situation. Et, comme bon nombre d'entre vous le savent, il s'agit de l'une de mes priorités.

Afin de promouvoir la R‑D au sein des entreprises et d'accélérer la commercialisation, nous pouvons notamment offrir un appui ciblé aux entreprises en forte croissance, en appuyant la collaboration en recherche et la recherche appliquée. Or, CANARIE facilite grandement ce genre de collaboration.

L'an dernier, CANARIE a lancé l'Accélérateur technologique pour l'innovation et la recherche (ATIR). Ce programme pilote appuyait un élément clé de la stratégie canadienne sur l'économie numérique : favoriser l'expansion de notre industrie des technologies de l'information et des communications (TIC).

L'ATIR a permis à de petites et moyennes entreprises de technologie numérique d'avoir accès au réseau ultrarapide et fiable de CANARIE pour effectuer la mise au point et la mise à l'essai de leurs produits, échanger énormément de données et accélérer l'innovation, leur donnant ainsi l'avantage d'être les premières à commercialiser leurs produits.

CANARIE a évolué au fil du temps. Le trafic sur le réseau a augmenté de près de 600 % au cours des cinq dernières années, mais CANARIE s'est adapté et continuera de le faire afin de satisfaire à la demande sans cesse croissante.

Les 62 millions de dollars que nous verserons sur trois ans à CANARIE faciliteront cette mise à niveau et feront en sorte que les Canadiens puissent continuer d'avoir accès à un réseau ultramoderne à la fine pointe de l'innovation et de la recherche.

En accordant ce financement, nous réaffirmons également l'engagement du gouvernement à l'égard de l'infrastructure de recherche de pointe, conformément au Plan d'action économique de 2012.

La création d'emplois, la croissance et la prospérité à long terme sont au sommet des préoccupations de notre gouvernement. CANARIE aide à maintenir les emplois spécialisés et bien rémunérés du secteur des TIC, qui sont si importants pour l'économie numérique du Canada.

CANARIE a permis aux grands chercheurs canadiens de faire des percées incroyables, et nous sommes convaincus que cette série de réussites se poursuivra.

Je vous remercie.


Voir également :

Communiqué : Le gouvernement Harper renouvelle son engagement à l'égard de l'infrastructure de recherche de pointe


Recherche d'information connexe par mot-clés

Innovation, Sciences et Développement économique Canada Plan d'action économique

Date de modification :