Discours Article provenant de  Office national de l'énergie

Allocution devant le Conseil des ressources indiennes

Le 31 janvier 2017

M. Peter Watson, président et premier dirigeant de l'Office national de l'énergie

Le texte prononcé fait foi

  • Aînés, Chefs, Conseillers et autres délégués, bonjour!
  • Tout d’abord, je désire remercier le Conseil des ressources indiennes de me donner l’occasion de m’adresser à ses membres, aujourd’hui, ici, sur les terres de la Nation crie d’Enoch et sur le territoire traditionnel des Premières Nations du Traité no 6. Pour nos deux organisations, et pour la suite de notre parcours collectif, il s’agit d’un moment décisif.
  • Beaucoup de gens ne connaissent de l’Office national de l’énergie que son processus décisionnel relatif aux projets énergétiques, c’est-à-dire ses audiences publiques sur les projets d’infrastructure énergétique. 
  • Or, notre travail s’étend bien au-delà de cette fonction. Nous jouons un rôle plus vaste et plus crucial dans la mise en valeur des ressources.
  • L’Office a la responsabilité de veiller à ce que les quelque 73 000 kilomètres de pipelines en exploitation qui relèvent de sa compétence soient bien entretenus et sûrs et qu’ils occasionnent le moins de dérangements possibles à l’environnement et aux personnes vivant ou travaillant chaque jour à proximité.
  • Hors du cadre judiciaire et très réglementé de nos processus d’audience relatifs aux demandes, nous disposons de beaucoup plus de latitude pour définir notre rôle relativement à la surveillance de la sécurité et de la protection de l’environnement. Nous sommes déterminés à mobiliser comme jamais les peuples et les communautés pour qu’ils nous disent ce qui est important pour eux afin que nous puissions adapter nos processus en conséquence.
  • Nous sommes les intendants des terres. Et, les intendants de la sécurité de la population et de la protection de l’environnement quand il s’agit de l’infrastructure énergétique.
  • Dans ce domaine, nous avons un but commun, et nous pouvons travailler ensemble pour l’atteindre.
  • Au cours des derniers mois, j’ai rencontré des leaders autochtones et je leur ai demandé comment l’Office pouvait parvenir à cette fin.
    • Comment l’Office peut-il favoriser une mobilisation plus significative des Autochtones, afin de mieux comprendre leurs préoccupations à l’égard des projets qu’il réglemente?
    • Et comment l’Office peut-il vous faire participer davantage à son travail de surveillance pendant tout le cycle de vie des projets, de manière à garantir la sécurité et la protection de l’environnement, en dehors de son processus d’audience?
  • Je vous serais reconnaissant de partager vos réflexions sur ces questions avec nous aujourd’hui et de façon continue.
  • Avant de passer à ce volet, toutefois, j’aimerais vous faire part de quelques initiatives qui sont actuellement en place pour nous appuyer dans notre démarche. 
  • Le 29 novembre dernier, le premier ministre du Canada a annoncé que son gouvernement avait approuvé le projet d’agrandissement du réseau de Trans Mountain et celui du remplacement de la canalisation 3 d’Enbridge, en précisant que, par le truchement du Bureau de gestion des grands projets de l’Ouest, il mettrait conjointement sur pied des comités consultatifs et de surveillance de concert avec les communautés autochtones pour chacun de ces projets.
  • La création des comités consultatifs et de surveillance autochtones vise à donner aux peuples autochtones de véritables occasions de participer aux activités de surveillance le long de ces corridors pipeliniers.
  • En définissant conjointement le mandat de ces comités, ceux-ci seront plus étroitement arrimés sur les intérêts autochtones, et ceux-ci pourront jouer un rôle plus actif pour dispenser des conseils et surveiller la construction et l’exploitation des pipelines.
  • De notre côté, en tant qu’organisme de réglementation, cela nous aidera à assurer une participation effective des groupes autochtones aux grands projets de mise en valeur des ressources qui touchent leurs communautés. 
  • Ces comités permettront de cerner et de régler continuellement les enjeux qui sont importants pour les Autochtones, et de contribuer au renforcement de la surveillance qu’exerce l’Office sur la construction des pipelines. 
  • Il s’agit d’un grand pas en avant. Nous jetons en ce moment les bases d’une nouvelle façon de travailler.
  • Favoriser la participation active des peuples autochtones et rechercher des occasions de collaboration, voilà la méthode que l’Office entend employer à l’avenir. Nous devrons apprendre à le faire, et notre engagement dans ces deux comités nous y aidera.
  • L’Office a aussi gravé son engagement en matière de participation effective dans son cadre ministériel des résultats (que vous pouvez consulter dans notre site Web).
  • La mobilisation des Autochtones relativement aux sujets qui concernent le mandat et le rôle de l’Office, au-delà du processus d’audience, fait désormais partie de nos fonctions essentielles.
  • Grâce à des résultats bien définis et à des indicateurs de rendement, nous serons à même de montrer que nous accomplissons ce que nous avions dit que nous accomplirions.
  • Nous affectons les ressources qui sont nécessaires pour faire honneur à cet engagement. Et nous appliquons avec toute la rigueur voulue notre système de gestion, articulé sur un cycle précis qui consiste à Planifier, Développer, Contrôler et Agir, afin de sans cesse améliorer nos méthodes de travail.
  • Pour notre organisation, il s’agit d’une transformation profonde. 
  • Nous comprenons l’importance cruciale que revêt la confiance de la population. Nous appuyons sans réserve l’examen mené par le gouvernement du Canada en vue de moderniser l’Office et nous sommes déterminés à l’aider à atteindre ses objectifs.
  • Cela dit, nous allons de l’avant avec la transformation des aspects liés à notre mandat actuel. Et une plus grande participation des Autochtones est au cœur de cette démarche, comme elle l’est plus largement pour le gouvernemental fédéral.
  • Comme je l’ai déjà mentionné, la mobilisation compte désormais parmi nos fonctions essentielles et est au cœur de notre travail. Aussi, avons-nous besoin de vos conseils. Comment pouvons-nous rendre votre participation significative?
  • Nous désirons que vous nous disiez quels sont les enjeux importants pour vous et les types de renseignements dont vous avez besoin, et ce que nous pouvons faire en ce sens.
  • Dans cette démarche, l’Office souhaite que le CRI soit un partenaire de réflexion. Nos discussions positives et la capacité de l’Office à participer à des projets comme le cours Pipeline 101 du CRI constituent, je pense, une solide assise sur laquelle bâtir.
  • Le gouvernement est déterminé à renouveler sa relation avec les peuples autochtones, en fonction de la reconnaissance de leurs droits et dans un esprit de respect, de coopération et de partenariat. Et l’Office prend le même engagement.
  • À l’heure actuelle, il y a plus de 73 000 kilomètres d’infrastructure pipelinière dans le sol et la construction de nouveaux projets ira de l’avant. Nous voulons travailler avec vous pour nous acquitter de notre fonction d’intendant de la sécurité de la population et de la protection de l’environnement.
  • Je suis sincèrement impatient de poursuivre le dialogue avec le CRI et les communautés autochtones qui siègeront aux comités consultatifs et de surveillance.
  • Si vous avez la possibilité, aujourd’hui, je vous invite à aller rencontrer notre personnel à notre stand du salon professionnel. Il se fera un plaisir de répondre à vos questions et d’écouter vos points de vue. Mais avant, permettez-moi de rappeler ce que nous avons besoin que vous nous expliquiez :
    • Comment l’Office peut-il mobiliser les peuples autochtones pour mieux comprendre leurs préoccupations à l’égard des projets qu’il réglemente?
    • Et quelle est la meilleure façon pour l’Office de vous faire participer à son travail de surveillance pendant tout le cycle de vie des projets, de manière à garantir la sécurité et la protection de l’environnement, en dehors de son processus d’audience?

Merci.


Recherche d'information connexe par mot-clés

Office national de l'énergie Information et communication Gouvernement et vie politique Économie et industrie

Date de modification :