Communiqué de presse Article provenant de  Instituts de recherche en santé du Canada

Le gouvernement du Canada investit dans la recherche concertée ciblant l'abus de médicaments sur ordonnance

Une étude nationale novatrice vise à améliorer la santé des personnes dépendantes des opioïdes

16 février 2016 – Ottawa (Ontario) – Instituts de recherche en santé du Canada

L’honorable Jane Philpott, ministre de la Santé, a annoncé aujourd’hui un investissement dans la recherche visant à améliorer la santé des personnes qui font une consommation abusive de médicaments sur ordonnance. De plus en plus de Canadiens mettent leur santé en danger en prenant volontairement des médicaments – comme des opioïdes – d’une façon non recommandée par un médecin. Le gouvernement du Canada, par l’entremise des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), investit 4,4 millions de dollars pour soutenir quatre grandes équipes régionales composées de chercheurs, de fournisseurs de services et de décideurs, qui comptent s’attaquer à ce problème de santé publique. Les équipes, établies en Colombie-Britannique, dans les Prairies, en Ontario, au Québec et dans les Maritimes, ont créé ensemble la première étude nationale, Optimiser les soins centrés sur le patient : essai contrôlé randomisé pragmatique comparant des modèles de soins pour la prise en charge du mésusage d’opioïdes sur ordonnance (étude OPTIMA), dans le cadre de l’Initiative canadienne de recherche sur l’abus de substances (ICRAS).

L’étude OPTIMA permettra de comparer et d’évaluer deux traitements pour la dépendance aux opioïdes sur ordonnance : la méthadone, qui constitue la norme de soins actuelle au Canada, et l’association buprénorphine-naloxone, qui est souvent le traitement de choix aux États-Unis. L’étude s’intéressera aux conditions de traitement dans la pratique, notamment la préférence du patient pour un traitement à court ou à long terme, avec médication, et soutiendra des approches centrées sur le patient pour éclairer les processus décisionnels. La comparaison de l’efficacité pratique des deux modèles de traitement pour réduire l’usage des opioïdes sur ordonnance produira des données concrètes qui seront des plus précieuses pour guider les soins aux patients et améliorer la santé générale des Canadiens.

Les équipes présentées aujourd’hui ont été formées dans le cadre de l’ICRAS, initiative lancée en 2015 pour soutenir la recherche concertée à l’échelle nationale sur la réduction des effets néfastes – notamment les surdoses et la mort – de l’abus de médicaments sur ordonnance, du mésusage de substances et de la dépendance.

En bref

  • Cette aide financière fait partie d’un investissement de plus de 44 millions de dollars sur cinq ans visant à élargir la Stratégie nationale antidrogue, afin d’y inclure la recherche ciblant non seulement les drogues illicites, mais aussi l’abus de médicaments sur ordonnance au Canada.
  • En 2015, le gouvernement du Canada a annoncé un investissement de 13,5 millions de dollars sur cinq ans qui sera consacré à l’amélioration de l’accès aux mesures de soutien et de prévention et à l’augmentation de la capacité de traitement de l’abus de médicaments sur ordonnance pour les Premières Nations habitant dans des réserves au Canada.
  • L’abus de médicaments sur ordonnance constitue un problème de santé et de sécurité publiques grandissant au Canada, en particulier chez les jeunes. Dans l'Enquête de surveillance canadienne de la consommation d'alcool et de drogues de 2012, environ 410 000 Canadiens ont déclaré avoir abusé de médicaments sur ordonnance, comme les analgésiques opioïdes. (Source : Canadiensensante.gc.ca)
  • Les types de médicaments sur ordonnance les plus communément utilisés de manière abusive sont : les opioïdes (pour traiter la douleur), les benzodiazépines (pour traiter l’anxiété et les troubles du sommeil) et les stimulants (pour traiter les troubles déficitaires de l’attention). (Source : Canadiensensante.gc.ca)

Citations

« Notre gouvernement s’engage à investir dans les projets de recherche concertée qui visent à améliorer la santé et la vie des milliers de Canadiens aux prises avec un problème d’abus de médicaments sur ordonnance, ainsi que leur famille. Nous félicitons les équipes régionales d’entreprendre une étude ayant toutes les chances de produire les données nécessaires pour offrir le bon traitement au bon patient. »

L’honorable Jane Philpott
Ministre de la Santé

« Les IRSC sont ravis de soutenir une étude des plus novatrices consacrée à l’abus de médicaments sur ordonnance. La collaboration entre les équipes est essentielle pour assurer l’échange des connaissances et l’utilisation optimale des résultats de l’étude. Nous sommes convaincus que cette recherche aidera à atténuer l’impact dévastateur de l’abus de médicaments sur ordonnance, qu’elle mettra l’accent sur la prévention et qu’elle offrira des solutions efficaces aux personnes aux prises avec ces problèmes. »

Anthony Phillips, Ph.D.
Directeur scientifique de l’Institut des neurosciences, de la santé mentale et des toxicomanies des IRSC

« La dépendance aux opioïdes sur ordonnance a des effets dévastateurs, non seulement pour les personnes qui en souffrent, mais aussi pour leur famille. En Ontario seulement, près de 600 décès liés aux opioïdes ont été recensés en 2013. À l’heure actuelle, seul un faible pourcentage de personnes ayant besoin d’aide obtiennent un traitement. Par cette étude, nous développerons les connaissances sur les approches thérapeutiques efficaces, dans le but d’en accroître l’accès et d’améliorer la vie des patients. »

Bernard Le Foll, M.D., Ph.D.
Chercheur principal, volet ontarien de l’étude OPTIMA, Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH)

« La dépendance aux opioïdes sur ordonnance constitue maintenant le problème lié aux opioïdes le plus répandu dans les centres de traitement de la toxicomanie au Canada. Malgré leur efficacité éprouvée pour les consommateurs d’héroïne, les modèles de soins actuels, avec la méthadone et l’association buprénorphine-naloxone, ne conviennent pas nécessairement à cette nouvelle population d’utilisateurs. L’étude pancanadienne mettra à l’essai des interventions particulières qui pourraient nous aider à attirer, à retenir et à traiter ces patients. »

Julie Bruneau, M.D., M.Sc.
Chercheuse principale, pôle du Québec et des Maritimes de l’ICRAS, Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal
Professeure, Département de médecine familiale et de médecine d'urgence, Université de Montréal

« La Colombie-Britannique a été particulièrement éprouvée par l’abus de médicaments sur ordonnance, affichant un taux alarmant de décès par surdose. Grâce au soutien des IRSC et du ministère de la Santé de la Colombie-Britannique, le pôle de la Colombie-Britannique de l’ICRAS se réjouit de travailler à des recherches novatrices qui auront un impact significatif sur la santé et la sécurité du public. »

Evan Wood, M.D., Ph.D.
Professeur de médecine, Université de la Colombie-Britannique, et chercheur principal, pôle de la Colombie-Britannique de l’ICRAS

« Les Canadiens prennent conscience de la nécessité d’innover pour s’attaquer efficacement au problème des dépendances, et en particulier dans les provinces des Prairies, qui vivent une crise de santé publique liée aux opioïdes. L’étude OPTIMA promet d’améliorer les modèles de soins dans tout le pays pour les personnes aux prises avec un problème de consommation abusive d’opioïdes sur ordonnance. »

Cameron Wild, Ph.D., M.A.
Chercheur principal, pôle des Prairies de l’ICRAS
Professeur de santé publique, École de santé publique de l’Université de l’Alberta

Produits complémentaires

Liens connexes

Personnes-ressources

Andrew MacKendrick
Cabinet de la ministre Jane Philpott
Ministre de la Santé
613-957-0200

David Coulombe
Relations avec les médias
Instituts de recherche en santé du Canada
613-941-4563
relationsaveclesmedias@irsc-cihr.gc.ca

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) sont l’organisme du gouvernement du Canada chargé d’investir dans la recherche en santé. Leur objectif est de créer de nouvelles connaissances scientifiques et d’en favoriser l’application en vue d’améliorer la santé, d’offrir de meilleurs produits et services de santé, et de renforcer le système de soins de santé pour les Canadiens. Composés de 13 instituts, les IRSC offrent leadership et soutien à plus de 13 000 chercheurs et stagiaires en santé dans tout le Canada.


Recherche d'information connexe par mot-clés

L'hon. Jane Philpott Instituts de recherche en santé du Canada Santé et sécurité

Date de modification :