Communiqué de presse Article provenant de  Agence canadienne de développement international

Archivé - Le Canada prend des mesures pour éviter une grave crise au Sahel

Contenu archivé

L'information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 23 février 2012

Ottawa (Ontario) — L'honorable Beverley J. Oda, ministre de la Coopération internationale, a annoncé aujourd'hui que le Canada prenait des mesures pour prévenir une famine et une grave crise humanitaire en Afrique de l'Ouest.

« La population dans la région du Sahel a manifestement besoin d'aide pour faire face à une réalité inimaginable. Le Canada est profondément préoccupé par la sécurité alimentaire et la crise nutritionnelle qui s'annonce au Sahel, a déclaré la ministre Oda. Nous devons agir et aider dès maintenant des millions de personnes qui luttent pour répondre à leurs besoins de base immédiats en matière de nutrition et de sécurité alimentaire, et ce, pour éviter une situation plus tragique plus tard ».

Dans de nombreux pays de la région du Sahel, les gens subissent le contrecoup à la fois d'années de sécheresse, de la pauvreté extrême, de la flambée du prix des aliments et de la réduction de la productivité pastorale. La population du Sahel est l'une des plus vulnérables dans le monde. Ce sont les pays du Sahel qui enregistrent certains des taux de mortalité infantile les plus élevés dans le monde et, dans de nombreuses régions, la malnutrition aiguë a atteint des niveaux supérieurs au seuil d'urgence. Le Tchad est actuellement frappé par la pire épidémie de choléra de son histoire. Dans certains pays, la situation est aggravée par le fait que le pays est en période de redressement et subit encore les conséquences d'un conflit et de la violence, d'où un déplacement de population. Selon les estimations des Nations Unies, plus de dix millions de personnes au Sahel peuvent être touchées si la crise alimentaire déjà sérieuse s'intensifie. Les pays les plus touchés sont le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

« Le Canada aide à améliorer l'accès à la nourriture et à fournir un soutien nutritionnel vital grâce à un certain nombre d'activités, y compris la distribution de rations alimentaires d'urgence, l'appui à la prise en charge communautaire de la malnutrition aiguë, et l'amélioration de l'accès à de l'eau potable pour les hommes, les femmes et les enfants touchés par cette situation humanitaire très complexe », a déclaré la ministre Oda.

Le Canada, par l'intermédiaire de l'Agence canadienne de développement international (ACDI), fournira 41 millions de dollars à des organisations des Nations Unies, comme le Programme alimentaire mondial et l'UNICEF, au Comité international de la Croix-Rouge, et à des organisations non gouvernementales canadiennes. Ces organisations s'emploieront à répondre aux besoins humanitaires et à prévenir leur apparition en fournissant une aide alimentaire et nutritionnelle aux personnes dans le besoin. Ce financement s'ajoute à la programmation en matière de développement à long terme de l'ACDI dans la région, qui soutient les efforts de l'Afrique en vue d'améliorer la productivité agricole et de réduire l'insécurité alimentaire chronique.

Le gouvernement du Canada espère éviter une grave crise et continuera de suivre la situation de près.

-30-

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Justin Broekema
Attaché de presse de la ministre de la Coopération internationale
Téléphone : 819-953-6238
Courriel : justin.broekema@acdi-cida.gc.ca

Bureau des relations avec les médias
Agence canadienne de développement international (ACDI)
Téléphone : 819-953-6534
Courriel : media@acdi-cida.gc.ca

Haut de la page

Fiche d'information

Le Canada annonce aujourd'hui qu'il offrira un appui aux secours apportés actuellement aux populations vulnérables frappées par une crise nutritionnelle et l'insécurité alimentaire.

Région du Sahel

La région du Sahel fait face à une crise nutritionnelle ainsi qu'à l'insécurité alimentaire en raison des précipitations irrégulières, de la pauvreté chronique, du prix élevé des aliments et des multiples sécheresses qui se sont abattues coup sur coup sur la région au cours des dernières années. On s'attend à ce que la crise touche dix millions de personnes dans certaines régions du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad, et que certaines parties du Sénégal et du Cameroun soient également à risque.

L'ACDI appuiera le Programme alimentaire mondial des Nations Unies, l'UNICEF, le Comité international de la Croix-Rouge et des organisations non gouvernementales canadiennes présentes dans la région afin de fournir des produits alimentaires et non alimentaires aux populations les plus vulnérables et de réduire autant que possible les répercussions sur le plan humanitaire qu'a l'éclosion d'une telle crise dans la région du Sahel. Les intervenants offriront une aide alimentaire et nutritionnelle, un soutien aux collectivités agricoles et pastorales, des services d'eau et d'assainissement, des soins de santé de base et des services de logistique, de coordination et de protection dans certains des contextes les plus difficiles dans le monde.

Programmes bilatéraux permanents de l'ACDI dans la région du Sahel

L'aide humanitaire annoncée aujourd'hui s'ajoute aux programmes de développement que l'ACDI met en œuvre à long terme dans plusieurs pays de la région, qui visent à améliorer la productivité agricole, à accroître la sécurité alimentaire et à réduire la pauvreté.

Voici quelques exemples de projets bilatéraux que l'ACDI met en œuvre dans la région du Sahel pour accroître la sécurité alimentaire.  

  • Au Mali, l'ACDI participe de plus en plus à des projets dans le domaine du développement agricole et de l'irrigation, qui emploient de nouvelles méthodes et techniques, ainsi que dans le domaine de l'accès au crédit. Les programmes de l'ACDI donnent l'occasion aux agriculteurs de subsistance d'accroître leur production, ce qui aide à favoriser la sécurité alimentaire et la stabilité des prix dans les centres urbains. Grâce aux projets d'accès au crédit et d'amélioration des techniques agricoles, mis de l'avant par l'ACDI, le Mali augmentera ses exportations dans la sous-région et, ainsi, répondra à la demande croissante et améliorera la sécurité alimentaire de la région et la croissance économique au pays :
  • Au Sénégal, l'ACDI est particulièrement présente dans les régions des Niayes et de la Casamance, où elle cherche à améliorer la productivité des petits exploitants agricoles, à accroître la diversification et la commercialisation des produits et à améliorer l'accès à la microfinance dans les régions rurales :
  • Au Niger, l'ACDI renforce les capacités des collectivités rurales, en mettant l'accès sur les femmes, afin de prévenir et de gérer les crises alimentaires à Tahoua et à Keita. Les fonds investis par l'ACDI donnent des moyens d'agir aux collectivités rurales puisqu'ils permettent de créer des banques céréalières et d'offrir de la formation sur la gestion durable de ces dernières. De plus, ils permettent d'appuyer la production agricole et de former les comités de sécurité alimentaire et les conseils communaux au suivi de la situation alimentaire locale :

Recherche d'information connexe par mot-clés

Agence canadienne de développement international Économie et industrie

Date de modification :