Communiqué de presse Article provenant de  Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

Archivé - La conclusion de négociations de libre-échange couronne une année fructueuse pour le Canada sur le plan du commerce mondial

Contenu archivé

L'information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 7 juin 2007
Nº 76
Le ministre du Commerce international et ministre de la porte d'entrée du Pacifique et
des Olympiques de Vancouver-Whistler, l'honorable David Emerson, s'est réjoui
aujourd'hui de la conclusion des négociations de libre-échange avec les pays de
l'Association européenne de libre-échange (AELE), soit l'Islande, la Norvège, la Suisse
et le Liechtenstein. Il a également annoncé le lancement de négociations de
libre-échange avec la Colombie et le Pérou ainsi qu'avec la République dominicaine. Le
ministre a souligné ces réalisations et d'autres réussites en matière de commerce
mondial, à l'occasion d'une allocution prononcée dans le cadre de la Journée du
commerce international (http://www.international.gc.ca/commerce/sot/menu-fr.asp).
« Il y a un an, j'avais fait valoir qu'en tant que pays commerçant, le Canada ne devait
pas se complaire dans sa situation et devait plutôt s'engager activement dans la
nouvelle économie mondiale, a affirmé le ministre Emerson. La conclusion des
négociations conduisant à notre premier accord de libre-échange en six ans couronne
une année fructueuse pour le Canada au plan des échanges commerciaux. Mais il
reste encore fort à faire, et j'anticipe encore d'autres progrès du Canada dans sa quête
d'une place de premier plan sur la scène du commerce mondial. »
Le ministre a souligné que la mise en œuvre de cet accord de libre-échange (ALE)
avec l'AELE - le premier ALE conclu par le Canada avec des pays européens -
conférera aux entreprises canadiennes un avantage concurrentiel certain, car il leur
procurera un accès préférentiel à un important marché. Cet accord de libre-échange
constitue également une plate-forme stratégique à partir de laquelle les Canadiens
pourront accroître leurs rapports économiques avec l'ensemble de l'Europe, a-t-il
ajouté.
Le ministre Emerson a aussi salué le lancement des négociations d'un accord de
libre-échange avec le Pérou et la Colombie, deux pays membres de la Communauté
andine, ainsi qu'avec la République dominicaine, observant que les responsables se
rencontreront pour une première ronde de pourparlers officiels au cours des prochaines
semaines.
« Le gouvernement canadien a signalé son intention de relancer ses négociations avec
les pays de l'Amérique latine et des Caraïbes, a précisé le ministre. Le renforcement
des relations commerciales avec des partenaires clés est un élément important de
notre stratégie pour les Amériques. »
Le gouvernement continuera à consulter également les divers intervenants afin de
s'assurer qu'il soit tenu compte de leurs intérêts ainsi que de leurs préoccupations
durant ces négociations.
Le gouvernement souhaite la conclusion de nouveaux accords en matière de
commerce et d'investissement avec des partenaires clés d'Europe, des Amériques et
d'Asie dans le but de créer des conditions favorables permettant aux entreprises
canadiennes d'être compétitives sur le plan international, selon la stratégie élaborée
dans le plan Avantage Canada du gouvernement.
Le Canada et les pays de l'AELE travailleront de concert à compléter les dernières
étapes en vue de la mise en place de l'accord de principe dès que possible.
Le ministre Emerson a également marqué la Journée du commerce international en
annonçant le lancement par Affaires étrangères et Commerce international Canada de
deux publications annuelles, le Huitième rapport annuel sur le commerce international
du Canada, lequel présente un survol des réalisations du Canada au plan du
commerce international et des investissements pour l'année 2006, et le Rapport sur
l'accès du Canada aux marchés internationaux en 2007.
Chaque année, la Journée du commerce international réunit des représentants du
monde des affaires, des hauts fonctionnaires, des intervenants de l'industrie et des
universitaires afin de discuter des enjeux et des priorités dans le domaine du
commerce international et de l'économie.
Des documents d'information au sujet de l'Accord de libre-échange Canada-AELE, du
lancement des négociations de libre-échange avec la Colombie et le Pérou, membres
de la Communauté andine, et avec la République dominicaine, et du Huitième rapport
annuel sur le commerce international du Canada, figurent en annexe.
- 30 -
Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de
communiquer avec :
Jennifer Chiu
Attachée de presse
Cabinet du ministre du Commerce international et ministre de la porte d'entrée du
Pacifique et des Olympiques de Vancouver-Whistler
613-992-7332
Le Service des relations avec les médias (commerce)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-996-2000
http://www.international.gc.ca
Document d'information
ACCORD DE LIBRE-ÉCHANGE CANADA-AELE
La conclusion des négociations de libre-échange avec les pays de l'Association
européenne de libre-échange (AELE) est conforme à l'engagement du gouvernement
du Canada de créer des conditions permettant aux entreprises canadiennes d'être plus
concurrentielles à l'échelle internationale, ainsi que le prévoit Avantage Canada, le plan
gouvernemental visant à renforcer notre compétitivité et à garantir notre prospérité pour
les années à venir. Il s'agit d'une étape concrète de la revitalisation du programme
commercial du Canada.
Avantages pour le Canada
Cet ALE est le premier conclu par le Canada avec des pays européens. Une fois mis
en œuvre, il apportera des avantages importants aux exportateurs canadiens, car il :
 
•         éliminera tous les droits de douane imposés par l'AELE sur les exportations
canadiennes de produits industriels, notamment dans des secteurs clés comme
les produits forestiers, les pâtes et papiers, les bâtiments préfabriqués,
l'aluminium, les produits cosmétiques et l'automobile;
•         procurera un accès élargi à certains produits agricoles canadiens, dont les
produits congelés et certaines boissons, le blé dur, l'huile de canola, le miel et
divers fruits et légumes;
•         éliminera les subventions à l'exportation de l'AELE sur les produits agricoles et
agroalimentaires couverts par l'ALE;
•         élargira l'accès aux marchés pour les Canadiens qui veulent resserrer leurs liens
commerciaux avec les pays de l'AELE;
•         placera le Canada sur un pied d'égalité avec les concurrents qui ont déjà conclu
des ALE avec l'AELE, entre autres le Mexique, le Chili, la Corée du Sud et
l'Union européenne;
•         placera les entreprises canadiennes en meilleure position pour affronter la
concurrence sur le marché européen et participer aux chaînes de valeur
régionales;
•         stimulera davantage l'intérêt des entreprises internationales pour le Canada en
tant que partenaire commercial et d'investissement.
Liens commerciaux entre le Canada et l'AELE
Les liens commerciaux entre le Canada et l'AELE sont déjà importants. Collectivement,
les quatre pays membres de l'AELE se classent au huitième rang des destinations des
exportations de marchandises du Canada.
 
•         En 2006, la valeur des échanges bilatéraux de marchandises entre le Canada et
l'AELE était estimée à 10,7 milliards de dollars (exportations canadiennes :
3,1 milliards de dollars; importations : 7,6 milliards de dollars).
 
•         Les investissement bilatéraux se chiffraient à environ 22,3 milliards de dollars en
2005 (investissements directs canadiens dans les pays de l'AELE : 7,4 milliards
de dollars; investissements directs étrangers au Canada de la part des pays de
l'AELE : 14,9 milliards de dollars).
•         En 2004, les échanges bilatéraux de services entre le Canada et la Suisse ont
atteint une valeur de 1,6 milliard de dollars tandis qu'ils se sont chiffrés à
573 millions de dollars entre le Canada et la Norvège (les données pour 2005
n'ont pas encore été publiées).
L'Association européenne de libre-échange (AELE)
L'Association européenne de libre-échange (AELE), une association
intergouvernementale constituée en 1960, vise à promouvoir le libre-échange et
l'intégration économique au bénéfice de ses membres, soit l'Islande, la Norvège, la
Suisse et le Liechtenstein.
Les pays membres de l'AELE figurent parmi les pays affichant le PIB par habitant le
plus élevé au monde et sont traditionnellement reconnus pour leur grande ouverture à
l'égard du commerce international. Collectivement, les pays membres de l'AELE
formaient, en 2005, la dixième plus importante entité commerçante au monde et la
cinquième plus importante entité commerçante en matière de services commerciaux.
Il s'agit également d'un marché important : le PIB combiné des pays de l'AELE
s'établissait à 704 milliards de dollars en 2005, soit un montant comparable à celui de
l'Inde (831 milliards de dollars) ou de la République de Corée (834 milliards de dollars).
Trois des pays membres de l'AELE (l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège) forment
une zone économique européenne avec l'Union européenne depuis 1994.
Pour plus de renseignements à ce sujet, consulter le site
http://www.international.gc.ca/tna-nac/efta-fr.asp.
Document d'information
LANCEMENT DE NÉGOCIATIONS DE LIBRE-ÉCHANGE
1. Négociations de libre-échange Canada-Communauté andine
La Colombie et le Pérou, membres de la Communauté andine, sont des destinations
bien établies et en expansion pour les entreprises canadiennes et offrent d'excellentes
occasions d'affaires pour les exportateurs de produits et de services et les investisseurs
canadiens. Le lancement de négociations de libre-échange avec ces deux pays
membres de la Communauté andine contribue également à la poursuite de l'objectif
commun de renforcement du développement grâce à l'intégration économique au sein
des Amériques. Le Canada vise en outre à assurer des chances égales aux entreprises
canadiennes par rapport à leurs concurrents. Aussi, conformément à son approche des
négociations en matière de libre-échange, le Canada veillera à tenir compte des
dimensions sociales de l'intégration économique en négociant l'inclusion de clauses
portant sur le travail et sur l'environnement.
 
•         La Colombie et le Pérou représentent collectivement un marché de 72 millions
de personnes; le PIB combiné de ces deux pays s'élève à 182 milliards de
dollars.
•         Les investissements canadiens en Colombie et au Pérou étaient de l'ordre de
3,4 milliards de dollars en 2006.
•         Le commerce bilatéral des marchandises entre le Canada et la Colombie
s'élevait à 1,1 milliard de dollars en 2006.
•         Le commerce bilatéral des marchandises entre le Canada et le Pérou s'élevait à
2,4 milliards de dollars en 2006.
•         Les exportations de services commerciaux canadiens à destination de la
Colombie et du Pérou s'élevaient à quelque 63 millions de dollars en 2004 (la
dernière année pour laquelle des données officielles sont disponibles).
•         La conclusion d'un tel accord accroîtrait les occasions d'affaires pour les
exportateurs et les investisseurs canadiens dans plusieurs secteurs, dont
l'agriculture, les mines et les services financiers.
Le Canada demeure intéressé à renforcer ses liens commerciaux avec les autres pays
membres de la Communauté andine, soit la Bolivie et l'Équateur, et est ouvert à la
possibilité de voir ces pays se joindre à cette initiative.
Pour plus de renseignements au sujet des négociations de libre-échange avec les pays
de la Communauté andine, consulter le site
http://www.international.gc.ca/tna-nac/and-fr.asp.
2. Négociations de libre-échange entre le Canada et la République dominicaine
La conclusion d'un accord de libre-échange avec la République dominicaine stimulera
la croissance de nos liens commerciaux et contribuera à assurer des chances égales
aux entreprises canadiennes par rapport à leurs concurrents, lesquels jouissent
actuellement d'un accès préférentiel à ce marché. Cela favorisera également l'atteinte
des objectifs de la politique étrangère du Canada dans cette région.
 
•         Le commerce bilatéral des marchandises entre le Canada et la République
dominicaine est en progression, s'établissant à près de 277 millions de dollars
en 2006.
•         Les investissements canadiens directs en République dominicaine sont estimés
à environ 1,8 milliard de dollars pour l'année 2006.
•         Les exportations de services commerciaux canadiens à destination de la
République dominicaine s'élevaient à quelque 24 millions de dollars en 2004 (la
dernière année pour laquelle des données officielles sont disponibles).
•         La conclusion d'un tel accord accroîtrait les occasions d'affaires pour les
exportateurs et les investisseurs canadiens dans plusieurs secteurs, dont
l'agriculture, les mines, les communications, les services financiers et le
tourisme.
Pour plus de renseignements au sujet des négociations de libre-échange avec la
République dominicaine, consulter le site
http://www.international.gc.ca/tna-nac/dr-fr.asp.
Document d'information
HUITIÈME RAPPORT ANNUEL SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL
DU CANADA
Le Rapport annuel sur le commerce international du Canada est un rapport publié
annuellement par Affaires étrangères et Commerce international Canada. Ce document
détaillé comporte une analyse de l'évolution de la performance du Canada au plan du
commerce international et des investissements à l'étranger, en comparant ces données
aux tendances observées au sein de l'économie canadienne.
Cette année, on y présente un dossier spécial portant sur la montée en puissance des
chaînes de valeur mondiales, mettant en relief l'évolution de la nature du commerce
international et les conséquences de ce phénomène pour le Canada.
Voici les faits saillants du rapport publié cette année :
 
•         L'économie canadienne connaît une très bonne performance. Le PIB a
augmenté de 2,7 p. 100 l'année dernière.
•         Le taux de chômage a atteint un plancher de 6,3 p. 100, du jamais vu depuis
30 ans.
•         Les exportations de produits et de services canadiens ont augmenté de
1,1 p. 100, pour atteindre un sommet record de 523,7 milliards de dollars, alors
que les importations ont augmenté de 4,2 p. 100, atteignant 486,5 milliards de
dollars.
•         Les entreprises canadiennes connaissent un essor vigoureux à l'étranger. En
2006, les entreprises canadiennes étaient propriétaires d'intérêts à l'étranger
dont la valeur était supérieure de 74,4 milliards de dollars à celle des intérêts
détenus au Canada par des entreprises étrangères.
•         Les investissements directs canadiens à l'étranger atteignaient 523,3 milliards de
dollars en 2006, en hausse de 13,8 p. 100 par rapport à 2005.
•         Les investissements directs des entreprises étrangères au Canada ont atteint
448,9 milliards de dollars l'an dernier, en hausse de 10,1 p. 100 par rapport à
l'année précédente.
Date de modification :